Récupération des déchets plastiques : M. Adam Sani encadre des écoliers dans la confection d’objets ménagers

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’activité de récupération des déchets plastiques prend de plus en plus de l’importance au Niger. Ainsi, plusieurs jeunes nigériens affirment leurs talents dans la transformation de ces déchets en objets ménagers, à savoir des tables, des chaises, et autres objets de décoration. M. Adam Sani est un jeune nigérien âgé d’une trentaine d’années qui consacre son temps à encadrer les jeunes scolaires dans les activités de récupération des déchets plastiques. Ainsi, après plusieurs sessions de formation au profit des élèves de plusieurs écoles primaires de l’inspection Niamey 10,  M. Adam Sani et son Association Mazarkoïla ont organisé un concours de meilleure œuvre à base des bidons. Cette activité s’est déroulée dans la cour de l’Académie des Arts Martiaux de Niamey, le Dimanche 8 mai 2022 dans l’après-midi. C’était en présence de l’inspectrice en chef du service de l’enseignement primaire Communal Niamey 10, Mme Malam Issa Aïchatou et de plusieurs invités dont les responsables des écoles participantes.

Ce concours a été initié suite à une série de formations en sculpture et décoration organisées par l’association Mazarkoïla dans les différentes écoles de cette inspection. Il s’agit d’initier les enfants à la sculpture et à la fabrication d’objets ménagers, comme les tables, les chaises et les objets de décoration, à base des déchets plastiques, principalement les bidons. Durant cette demi-journée les jeunes ont réussi à restituer tout ce qu’ils ont appris lors des différentes formations. Cette activité est la énième du genre organisée par la même association en collaboration avec cette inspection. Aussi, l’année dernière Adam Sani a gracieusement encadré plusieurs jeunes filles des villages de la périphérie de Niamey.

Adam Sani est un grand passionné de la culture et de la tradition nigérienne. Tout ce qui cadre avec la promotion de son pays l’intéresse beaucoup. «J’ai constaté qu’au tour de nous, il y’a beaucoup de déchets, beaucoup d’objet rejetés après l’usage du départ. Mon imagination m’a amené à comprendre que ces objets qui constituent des déchets autour de nous peuvent aussi être transformés pour d’autres choses utiles. Je n’ai pas appris ce travail avec quelqu’un. Je pense que c’est un don de Dieu. Et j’ai décidé de partager cette connaissance avec les jeunes, notamment les élèves du primaire. J’étais parti voir l’inspectrice de l’enseignement primaire communal Niamey 10 pour une collaboration avec les écoles de son entité. Dieu merci, j’ai eu une bonne écoute et nous nous sommes entendus. Aujourd’hui c’est le fruit de cette collaboration que nous sommes venus montrer au public», a déclaré M. Adam Sani.

C’est une importante opportunité qui a été offerte à ce jeune nigérien de partager son talent et son savoir-faire aux enfants. Il a souligné avoir commencé cette activité à l’école Foulan Koira 4, pendant les congés de Noël où il a encadré 58 élèves. Pour cette phase, ce sont 14 écoles primaires qui ont été concernées.

Ce travail demande beaucoup des moyens et d’accompagnement. C’est pourquoi M. Adam Sani a lancé un appel à des bonnes volontés, notamment les autorités académiques et municipales pour qu’elles s’y intéressent, car cette activité est très bénéfique aux enfants. Adam Sani ambitionne de monter un grand atelier de sculpture exclusivement dédié aux enfants. «Je n’ai pas pour intention de chercher de l’argent avec cette activité, mais de transmettre la connaissance et le savoir-faire à d’autres. La seule chose qui me guide c’est l’amour que j’ai pour mon pays. Je veux que mon pays soit un exemple dans tous les domaines du développement, dont celui du tourisme, de l’artisanat et de la sculpture», a-t-il déclaré. 

Mme Aissata Mahaman, qui accompagne son enfant à cette activité a exprimé sa joie et sa surprise. «La créativité est une initiative à encourager. J’encourage vraiment ce jeune homme pour son courage. J’invite à cette occasion les autorités à s’intéresser à ce genre d’initiatives qui sont très promotrices de nos valeurs. Les parents aussi doivent l’accompagner. C’est vraiment un jeune qui a du talent et de la volonté», a-t-elle plaidé. Son enfant, a-t-elle rappelé était premier dans son école lors du concours interne organisé à la suite de la même formation. Elle a souligné avoir été très surprise de voir son enfant en activité, ce qui lui est un motif de satisfaction.

Omar Abdou(Stagiaire)