Réunion de validation du rapport 2017-2020 du Pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat (PGME): Enrichir le document avant son adoption

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Alkache Alhada a présidé hier matin, dans la salle de réunion du ministère du Plan, une réunion de validation du rapport 2017-2020 du Pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat (PGME). Ce pôle, un des mécanismes de suivi structuré de certaines priorités du PDES 2017-2021, est un creuset de coordination et de dialogue qui fédère une diversité d’acteurs de l’administration publique, de partenaires techniques et financiers et de la société civile. La cérémonie d’ouverture de cette réunion s’est déroulée en présence du directeur de cabinet du Premier ministre, superviseur du Pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat, M. Mara Boubacar et du Haut Commissaire à la Modernisation de l’Etat.

Cette réunion vise essentiellement à enrichir le rapport avant son adoption à travers des observations, des contributions et des remarques des différents acteurs. Elle regroupe tous les membres du Pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat issus de 31 structures comprenant 13 ministères et 18 autres institutions.

En ouvrant les travaux de cette réunion, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Alkache Alhada, président du PGME a rappelé que le Niger s’est inscrit dans une démarche prospective de mobilisation de ses ingéniosités dans plusieurs secteurs avec divers acteurs publics et privés dans le but d’assurer le suivi des conditions de prévisibilité et de réalisation méthodiques de son développement. Ce choix de dynamisation des acteurs du pôle, de mise en cohérence de leurs interventions et de reddition réciproque de compte a été fait par le gouvernement en mai 2017 en adoptant la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI) Niger 2035. Cette stratégie se donne comme ambition de faire du Niger «un pays démocratique et moderne, paisible, prospère et fier de ses valeurs culturelles, sous-tendu par un développement durable, éthique, équitable et équilibré dans une Afrique unie et solidaire».

Quant au Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021, il constitue la première déclinaison quinquennale de mise en œuvre de la SDDCI. En outre, pour la mise en œuvre du PDES, un dispositif du pilotage stratégique a été mis en place et comprend plusieurs organes dont sept pôles de coordination en l’occurrence : Transformation du monde rural ; Secteur privé ; Transition démographique, Santé, Education et Formation ; Infrastructures et Equipements ; Hydraulique et Assainissement ; Gouvernance et Modernisation de l’Etat et enfin Gestion du développement. Par ailleurs, le président du Pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat, M. Alkache Alhada a précisé que sur les 11 programmes que compte le PDES 2017-2021, le PGME porte en partie ou en totalité quatre (4) programmes que sont : Mobilisation sociale pour un changement de comportements de l’axe «renaissance culturelle» ; Consolidation de la culture démocratique et républicaine ; consolidation de l’efficacité et de la transparence des institutions et le renforcement de la sécurité et de la consolidation de la paix. Le PDES 2017-2021, a indiqué le ministre de l’Intérieur est dans son année de clôture. Son rapport de mise en œuvre doit d’ici là être élaboré, afin de pouvoir faire le point complet aux nouvelles autorités des défis projetés, des réalisations, des avancées et aussi des contraintes. Ce document de reddition de compte,  a souligné le président du PGME sera la synthèse des rapports de sept pôles sectoriels de coordination.

Auparavant, le directeur de cabinet du Premier ministre, superviseur du pôle Gouvernance et Modernisation de l’Etat, M. Mara Boubacar a relevé qu’en trois ans de fonctionnement, le PGME a réalisé toutes les grandes tâches qui structurent sa mission. Ainsi, le lancement de la production du rapport du pole a fait l’objet d’un long processus de rodage administratif et technique, renforcé par plusieurs séances de coaching ayant porté sur la méthodologie de collecte des données pour renseigner les indicateurs et le modèle de présentation du rapport. M. Mara Boubacar devait aussi saluer le travail remarquable abattu par la cellule technique de suivi avec l’appui inestimable d’un certain nombre de partenaires.

Hassane Daouda(onep)