Réunion des Chefs d’états-majors généraux des Armées des pays de l’Espace G5 Sahel : Vers une ré-articulation de la Force conjointe suite au retrait du Mali

Société

En prélude à la réunion des ministres des pays membres du G5 Sahel prévue ce 22 septembre, une réunion des Chefs d’Etats-majors généraux des armées dudit Espace s’est tenue hier matin à Niamey. Cette session qui fait suite à celle  de Ndjamena a pour but de définir la nouvelle configuration de la force conjointe qui doit tenir compte de la nouvelle situation à savoir le retrait du Mali. La réunion de Niamey est l’occasion pour les participants de se pencher sur l’orientation stratégique et la ré-articulation des dispositifs de la force conjointe du G5 Sahel conformément aux missions assignées à ladite force. L’ouverture des travaux placée sous la présidence du premier adjoint du Chef d’Etat-major général des Armée de la République du Tchad, le général de division, Gninguengar Mandjita s’est déroulé en présence des Chefs d’Etat-major des armées des pays membres ou leurs représentants, du général, Commandant de la Force Conjointe du G5 Sahel, du Chef de département Défense et Sécurité, du directeur du Collège de Défense et des officiers experts du G5 Sahel.

Au cours de cette journée, les Chefs d’états-majors généraux des Armées des pays de l’Espace ainsi que d’autres responsables de G5 Sahel ont échangé sur le relevé des conclusions de la réunion des experts. Ils ont également suivi une présentation de la situation sécuritaire, celle du projet du budget 2022-2023 du collège de défense du G5 Sahel avant de mener des réflexions sur la nécessité de l’orientation stratégique et la ré-articulation des dispositifs de la force conjointe. Peu avant l’ouverture de cette réunion, une minute de silence a été observée à la mémoire des soldats qui sont tombés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée dans cet espace commun.

A l’ouverture des travaux, le premier adjoint du Chef d’Etat-major général des Armée de la République du Tchad, le général de division, Gninguengar Mandjita a exprimé sa gratitude aux autorités nigériennes et particulièrement au Chef d’Etat-major des Armées Nigériennes pour l’accueil très chaleureux réservé à toutes les délégations et les dispositions idoines prises pour la tenue de cette réunion dans de très bonnes conditions, malgré le délai très court de sa convocation.

Le général de division, Gninguengar Mandjita est ensuite revenu sur le contexte de la tenue de la  réunion. «En effet, depuis la décision du Mali de quitter toutes les instances du G5 Sahel y compris la Force conjointe, notre organisation communautaire, notre force conjointe est sujette au questionnement, surtout que, le Mali était le centre décisionnel de notre dispositif sécuritaire communautaire», a-t-il déclaré. Ainsi, la réunion du comité de défense et de sécurité, tenue par visioconférence le 23 Juin 2022, a débouchée sur la délocalisation provisoire du Poste de Commandement Interarmées de Théâtre (PCIAT) à Ndjamena au Tchad. «Nous avons jugé nécessaire d’organiser promptement une session du comité de défense et de sécurité en vue de définir la nouvelle configuration de la force conjointe qui doit tenir compte de cette nouvelle donne», a-t-il rappelé. «Ainsi, après la présentation de la situation sécuritaire dans l’espace communautaire et nous appuyant sur les acquis de la force, nous devrions analyser la situation avec lucidité afin de proposer des schémas concrets. Nos experts ont travaillé sans relâche afin de nous proposer des formats à valider avec leurs avantages, leurs inconvénients et des risques éventuels. A nous de faire un choix judicieux et cohérent», a dit premier adjoint du Chef d’Etat-major général des Armée de la République du Tchad.

Dans son mot de bienvenue, le Chef d’Etat-major des Armées du Niger, le Général de Division Salifou Modi a insisté sur les défis que le retrait du Mali pose à la force conjointe G5 Sahel. «Après le retrait des frères du Mali des instances du G5 Sahel, il y avait effectivement urgence de se concerter, de réarticuler nos dispositifs et continuer les efforts communs de lutte contre les menaces transfrontalières de notre espèce commun», a-t-il déclaré. Le Général de Division Salifou Modi a souhaité que, les propositions issues des travaux et les réflexions de la réunion des experts en la matière et celles des ministres en charge de la Défense Nationale des pays membres soient concluantes.

Notons que, le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, créé lors d’un sommet du 15 au 17 février 2014 par cinq États du Sahel à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad répartis sur 5.097.338 km. Le 15 mai 2022, le Mali annonce quitter l’organisation.

Mamane Abdoulaye(onep)