Séminaire de validation du rapport sur l’ajustement tarifaire 2021-2022 : Faire une revue à mi-chemin des tarifs en vigueur

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’Autorité de Régularisation du Secteur de l’Energie (ARSÉ) a organisé, hier à Niamey, un séminaire de validation du rapport sur l’ajustement tarifaire 2021-2022. C’est le directeur général de ladite institution qui a ouvert les travaux dudit séminaire. La rencontre vise à faire, à mi-chemin de la période tarifaire qui est de 5 ans, 2018-2022, une revue des tarifs en vigueur afin de les ajuster si nécessaires.

Au cours de cette rencontre, les participants ont examiné et validé un rapport en matière de tarification en vue de rendre compte aux autorités sur la question. A l’ouverture des travaux, le directeur général de l’Autorité de Régularisation du Secteur de l’Energie, M. Ibrahim Nomao a rappelé qu’en octobre 2017, les tarifs d’électricité ont connu une hausse substantielle dans la recherche de l’équilibre économique et financier de la NIGELEC. «L’Autorité de régulation qui a mené ce processus a le devoir de sauvegarder les intérêts de l’Etat, des opérateurs et des consommateurs», a-t-il ajouté.

Evoquant le défi que les participants auront à relever, le directeur général de l’ARSÉ a confié que la tâche est ardue. «Notre tâche aujourd’hui n’est pas des plus aisée car, il s’agit de tenir compte des intérêts des acteurs en présence, intérêts qui très souvent sont divergents», a-t-il déclaré. C’est pourquoi, le directeur général de l’Autorité de Régularisation du Secteur de l’Energie a invité les acteurs à se départir de tout esprit de repli sur soi et de n’avoir pour seul objectif que de proposer des tarifs justes et raisonnables pour les usagers et permettant de couvrir tous les coûts de la NIGELEC. «Je sais que je peux compter sur vous pour mener à bon port cette gymnastique», a-t-il dit.

Enfin, M. Ibrahim Nomao a saisi cette occasion pour de fonds remercier tous les bailleurs qui continuent à accompagner l’ARSÉ pour non seulement une régulation de qualité mais aussi pour le relèvement, de façon conséquente, du taux d’accès à l’électricité afin de passer de 15% aujourd’hui à près de 85% à l’horizon 2035.

Notons que l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie «ARSÉ» dont l’ambition est de faire de l’efficacité du secteur de l’énergie à travers l’efficience de ses acteurs, son cheval de bataille, a été créée par la loi N°2015-58 du 02 décembre 2015. L’ARSE est une Autorité administrative indépendante de droit public et dotée de l’autonomie financière, une institution de l’Etat chargée d’assurer la régulation des sous-secteurs de l’électricité et des hydrocarbures, segment pétrolier en aval. C’est aussi une autorité indépendante à la fois des sous-secteurs régulés mais aussi des pouvoirs publics.

 Mamane Abdoulaye(onep)