Séminaire gouvernemental sur l’audit des marchés publics : Pour une meilleure compréhension de la procédure et de ses enjeux

Société

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SE. Ouhoumoudou Mahamadou a présidé, le samedi 4 décembre à son cabinet, un séminaire gouvernemental sur l’audit des marchés publics. Ces échanges visent à partager des informations qui permettent de consolider la performance de notre système de marché public. Cette rencontre a été aussi l’occasion pour les participants de s’approprier des fondamentaux de l’audit et de se familiariser avec les règles régissant la commande publique.

A l’ouverture des travaux, le Premier ministre a rappelé que la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement (DPG) a fait une place de choix à l’efficacité des dépenses publiques, dont l’une des exigences est de créer les conditions de célérité et de transparence des procédures de passation des marchés. Pour le Chef du gouvernement, ce séminaire participe de l’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, SE Mohamed Bazoum , à renforcer la gouvernance dans notre pays. «En tant que membre du gouvernement, nous avons un rôle important à jouer, celui de favoriser l’impulsion afin que les ressources publiques soient rigoureusement bien gérées dans l’intérêt des populations», a-t-il déclaré.

En raison des montants importants des fonds mobilisés, les marchés publics sont considérés, selon le Premier ministre, comme le domaine d’activité le plus vulnérable à la déperdition des ressources publiques toute chose qui peut advenir à n’importe quelle étape du cycle de passation de marché. Mieux, a-t-il précisé, les marchés publics constituent dans le contexte actuel, un terrain fertile pour des défis d’éthique car, les décisions et les choix opérés dans les marchés sont susceptibles d’affecter l’ensemble du secteur public. «Dès lors, une vigilance accrue est nécessaire pour promouvoir et renforcer la probité, la transparence ainsi que les valeurs morales au sein de système de passation, de contrôle et d’exécution des marchés publiques», a dit le Chef du gouvernement. «Préserver l’intégrité du système doit être une priorité absolue pour toutes les entités publiques. Pour ce faire, notre engagement autour de la délicate question des marchés publics est un devoir parce que la gestion de la commande publique est le reflet de l’état de santé de la gouvernance», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a aussi rappelé que la bonne gouvernance constitue le socle de tout développement, elle doit être impulsée au niveau des gouvernants. «Les premiers responsables des départements ministériels que vous êtes doivent en constituer le modèle pour toute l’administration publique. En renforçant l’intégrité de notre système de marché publique, nous aurons apporté une contribution significative à l’amélioration du quotidien de notre population car, une commande pervertie est aux antipodes de l’idéal de la bonne gouvernance. Nous devons par conséquent tout mettre en œuvre pour que les marchés publics contribuent au bien-être économique et social de nos populations au même titre que les secteurs sociaux de l’éducation et de la santé», a-t-il déclaré.

Le Chef du gouvernement a ensuite précisé que le processus de passation des marchés a pour but de garantir l’optimisation des ressources financières dans l’acquisition des biens, la réalisation des travaux et les prestations de service. «Ce processus est régi par le code des marchés publics qui a fixé les fondamentaux à savoir le principe de libre accès à la commande publique, c’est-à-dire qu’il n’ya pas d’exclusion ou de discrimination, le principe d’égalité de traitement des candidats où tous les candidats sont traités sur le même pied d’égalité et enfin le principe de la transparence des procédures qui favorise l’intégrité du système», a-t-il ajouté.

Par ailleurs M. Ouhoumoudou Mahamadou a aussi rappelé que depuis la mise en œuvre de la reformes des marchés publics avec la transposition des directives de l’UEMOA dans notre corpus juridiques, des avancées notables ont été enregistrées. «Nous disposons aujourd’hui d’une réglementation sur les marchés publics conforme aux normes internationales», s’est-il réjoui. Toutefois, le Chef du gouvernement a fait remarquer que d’énormes progrès restent à faire dans l’amélioration des pratiques des marchés et la qualité du service rendu à nos citoyens. «Nous nous devons de fournir davantage d’efforts pour remonter les marges de progression et maintenir la cadence car, les marchés publics constituent un domaine dynamique», a-t-il estimé. Le premier ministre a espéré que ce séminaire contribuera à renforcer la gouvernance et parviendra à assurer une meilleure compréhension de la question de l’audit et des enjeux qui s’y attachent, tout en souhaitant que cette rencontre d’échange soit enrichissante pour tous.

Mamane Abdoulaye(onep)