Taekwondo Nigérien : Amani Karimou Abdoulaye, jeune espoir du taekwondo nigérien

Sport

Les jeunes taekwondoistes nigériens sont aujourd’hui inspirés par la carrière prolifique du champion du monde Abdoul Razak Issoufou Alphaga. C’est le cas de Amani Karimou Abdoulaye, alias Dae-Hong-Lee qui fait partie de cette classe. Mesurant 1m 76 de taille, d’une masse corporelle de 58kg, ce jeune athlète pratiquant le taekwondo au grade de ceinture 3èmerouge est né le 17 Avril 2003 à Niamey. Il évolue au club ‘’Wangari’’ de Niamey. Il est titulaire d’un Brevet d’Etude Professionnel (BEP) dans le domaine de l’électricité Bâtiment.

Le jeune athlète avait d’abord débuté le sport avec le football au Sahel sporting Club jusqu’à ses 14 ans. C’est après qu’il fut motivé par les performances incroyables de Alphaga aux jeux olympiques en 2018. Il a alors décidé de se lancer dans le Taekwondo avec un amour ardant et des objectifs bien déterminés à atteindre. En dehors de tout ce que ce sport lui procure, il possède des connaissances sportives et il exprime sa joie d’avoir une deuxième famille grâce à ce sport. «Le sobriquet Dae-Hong-Lee est une simple appellation qui m’a été collée par le fils du grand maître Kobra parce que, j’utilise l’une de ses techniques très particulières dans mes combats pour mettre K.O mes adversaires» a-t-il expliqué.

Amani Karimou possède à son actif deux (2) médailles d’or, quatre (4) médailles d’argent et huit (8) médailles de bronze. Il espère bientôt faire hisser les couleurs de la nation nigérienne aux compétitions internationales. «Le début de toute chose est très difficile, mais pas diabolique car toutes les épreuves sont surmontables avec beaucoup de volonté et de détermination», fait remarquer le jeune athlète.

Dae-Hong-Lee trace déjà sa voie à l’occasion des différentes compétitions auxquelles il a participé. «Le combat qui m’a le plus marqué depuis que j’ai commencé le taekwondo, c’était lors de la compétition MAMA- CHO de 2021 en final. A ce combat je suis sorti victorieux», a-t-il confié. Amani Karimou s’entraîne de diverses façons et de manière très intense chaque jour. «Je fais 3 à 4 tours de la grande mosquée de Niamey pour garder la forme. De fois, je joue au football avec mes camarades pour acquérir plus de conditions», confie-t-il.

Notre jeune taekwondoiste lance enfin un appel aux autorités compétentes de céer les conditions nécessaires pour que ce sport puisse se développer davantage. «Le taekwondo a un grand avenir au Niger et pour que notre pays rayonne, il va falloir financer les activités des athlètes et suivre leur développement», a-t-il conclu.

Assad Hamadou(onep)