Tendance mode à Niamey : Le sahari, ce beau et long voile en vogue chez les jeunes mariées

Culture
Spread the love

Sharing is caring!

En cette période de grandes vacances, Niamey renoue avec les célébrations des mariages ; partout, on constate que des cérémonies sont organisées avec des ambiances festives. Les jeunes mariées pour ce jour spécial optent pour le port du sa’ari ou sahari, un habit de plus en plus en vogue, qui couvre l’essentiel du corps de la femme. Tradition vivace, d’environ un siècle, il fait parler de lui en mode. Et, la nigérienne fait des merveilles avec le traditionnel sahari.

La reine du jour, bien se distinguer, fait tout pour briller ce jour-là, par la tenue vestimentaire et autres parures. Parmi toute cette combinaison d’articles et de vêtement, nous nous sommes intéressées au ‘’sa’ari ou sahari’’. Cet habit fait partie de la garde-robe de la jeune mariée. Il est bien aimé par les asiatiques et les maghrébines et a le vent en poupe ces dernières années du fait qu’il met en valeur la silhouette et facilement maniable.  C’est un tissu léger d’environ cinq (5) mètres, et s’enfile tout autour du corps, généralement léger. Pour bon nombre de cette jeune génération urbaine, le sahari aide la jeune mariée à cacher son corps, ce jour mémorable ; ce jour-là, ce corps doit être bien protégé, loin des regards indiscrets. Il est porté aussi pour un souci d’esthétique.

Un tissu culturel toujours à la mode

Les commerçants mettent à la disposition des intéressées plusieurs variétés de tissus avec différentes couleurs, différentes qualités et souvent à vil prix.

Pour le vendeur de tissu du nom de Karimou Moussa du grand marché de Niamey, « ma boutique est bien connue pour ce commerce de tissus, de saharis venus de plusieurs pays et notamment du nord Niger. « Nous voyagions pour apporter les tendances en matière de textile notamment en Chine, Dubaï, Inde, Turquie, etc. Ici  sur les étals de Karimou on y trouve plusieurs sortes de tissus, du plus léger au plus lourd avec des motifs et ou des couleurs vifs, et de différentes qualités. Il y’a des tissus de 60.000f et ceux de 5000f. Tout le monde trouve son compte chez nous. Il explique que ces tissus sont à la mode à Niamey et se vendent comme des petits pains avec les cérémonies de mariages ou les jeunes mariées et les filles d’honneur les achètent pour faire des saharis et ou des robes de cocktails. Les filles de Niamey en raffolent puisqu’elles ont compris, selon ses dires, que ce sont des tissus qui habillent. « Tu les paies avec une belle coupe chez le tailleur tu deviens unique ce jour-là, ce sont des habits qui te vont bien et qui sortent de l’ordinaire » précise karimou. A l’en croire, il s’en sort bien en vendant ces tissus commandés de partout.

Une tradition chez certaines communautés

Le sahari est notamment porté ici au Niger par les arabes, les touarègues. Aujourd’hui, les femmes issues de toutes les communautés s’y intéressent et cela est visible le jour des mariages. Elles sont nombreuses celles qui  les portent avec des styles différents qui pour le plaisir, qui pour accompagner la jeunes mariée au domicile conjugale. Hormis les mariages, ce tissu bien cousu est porté partout  lors des sorties entre amis, se rendre au bureau, un banquet, une soirée, etc.

Chez les jeunes mariées, ces tissus se portent à merveille, mais de façons différentes avec des styles divers. On peut de nos jours, si on le souhaite, coudre ce tissu pour en faire une robe, une jupe et ou un pantalon.

Pour Houreye Adamou, une habitante de la localité de Tagazar, le tissu plus connu sous le nom de sahari est porté avant par nos grands mamans, c’est un tissus léger, un long voile vendu moins cher et qui est généralement teinté de noir, souvent quand tu le portes il faut forcement porté un dessous d’abord car c’est un tissu collant et qui se déteint au contact du corps et ou au toucher. Les femmes touarègues le portaient presque tous les jours,  mais à des grandes occasions, elles préfèrent porter ces tissus (sahari) neufs plus vifs et plus jolis que d’ordinaire. Ce sont des tissus qui nous sécurisent, nous protègent car ils nous couvrent entièrement. « Nous aimons bien le porter car cela fait partie de nos traditions, de nos valeurs culturelles » dit Houreye, fièrement avec un sourire aux coins des lèvres.

Cet habillement vu par les religieux

Selon le conseiller islamique Oustaz Moustapha Ouhmoudou, «  l’islam impose une tenue vestimentaire qui apporte à la femme respect et dignité. Ce vêtement répond à deux objectifs, selon elle, couvrir le corps et le parer également en ce jour symbolique pour elle ». Au regard des sources de l’islam, la femme a le devoir de se couvrir la ‘’ awra’’ lorsqu’elle sort et où elle est en public. Et la chevelure fait partie de cette ‘’awra’’ et comme il se trouve que le sahari couvre de la tête au pied, c’est un habit idéal pour cette jeune femme. Le jour du mariage, pour plusieurs raisons, cette tenue que doit porter la jeune mariée doit être un tissu qui couvre tout le corps et ne doit pas laisser transparaitre certaines parties au point d’attirer trop de regard.La femme peut se maquiller avec du henné au niveau des mains et des ongles  et un maquillage léger avec du khôl au niveau des yeux, et ce maquillage doit être bien modéré.

Par Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)