Santé : Les indicateurs des résultats du secteur de la santé ont connu des évolutions variées

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Arrivées au pouvoir en Avril 2021, les autorités de la 7ème République, à leur  tête, SE Mohamed Bazoum Président de la République, Chef de l’Etat et SE Ouhoumoudou Mahamadou Premier Ministre, Chef du Gouvernement, se sont, très vite attelées à la mise en œuvre du programme de la renaissance acte III, traduit dans la Déclaration de la Politique Générale du Gouvernement. Un an après, plusieurs secteurs ont connu d’importantes améliorations, dont celui de la santé. En effet, malgré un contexte mondial très difficile lié à la poursuite de la propagation de la pandémie à Coronavirus, le Gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, a fait preuve de résilience dans ce secteur. Ce qui a permis d’enregistrer d’importants progrès dans les actions réalisées dans ce domaine vital qu’est la santé comme en

témoigne l’évolution enregistré par rapport aux indicateurs des résultats dudit secteur.

Ainsi, dans sont rapport annuel 2021 sur la Performance de l’Action Gouvernementale, la Cellule d’Analyse des Politiques Publiques et d’Evaluation de l’Action Gouvernementale (CAPEG) a présenté les progrès enregistrés en matière de la santé. En matière de la couverture sanitaire, d’utilisation de Planification Familiale et de létalité obstétricale intra-hospitalière, des progrès ont été enregistrés. Les taux ont connu des améliorations par rapport à 2020, avec 0,86% pour la couverture sanitaire, 2,27% pour la Planification Familiale et 0,12% pour la létalité obstétricale intra-hospitalière. En revanche, une baisse a été observée relative aux taux d’utilisation des soins curatifs, aux accouchements assistés par un personnel qualifié et à la mortalité néonatale précoce intra-hospitalière.

Sur les trois grandes lignes de la Déclaration de la Politique Générale du Gouvernement en matière de santé, des actions ont été réalisées, qui ont considérablement amélioré les données sur le terrain.

Au sujet d’améliorer l’accès et la qualité aux soins et services de santé, l’accent a été mis sur le renforcement des capacités d’accueil, des plateaux techniques et de la logistique. Ainsi, neuf (9) Centres de Santé Intégrés (CSI) ont été construits dont cinq (5) à Maradi et quatre (4) à Diffa. De plus, 38 cases de santé sont transformées en CSI sur l’ensemble du

territoire. A cela s’ajoute l’opérationnalisation de l’Hôpital de Référence de Maradi et du Centre National de Lutte contre le Cancer. Les réalisations pour renforcer les plateaux techniques comprennent, entre autres ,: l’acquisition des équipements médicaux pour cent (100) CSI Frontaliers des huit régions, l’acquisition des cent vingt (120) échographes, deux cent quatorze (214) automates d’hématologie, deux cent (200) moniteurs de surveillance multiparamétrique, trois cent vingt (320) concentrateurs d’oxygène, cinq cent (500) oxymètres de pouls, vingt-huit (28) pompes à perfusions, cent (100) pousse-seringues et trois (3) manographes. Il faut aussi noter l’installation de cinq (5) centrales d’oxygène dans les hôpitaux de Niamey et en régions, l’acquisition de six (6) incinérateurs modernes en cours d’installation, l’acquisition des équipements des blocs opératoires et laboratoires des Hôpitaux de District (Bouza, Dakoro, Konni, Mirriah et Tanout) et l’acquisition de dix (10) postes de sécurité Microbiologie, vingt deux (22) machines Gene Xpert, deux (2) machines PCR, quatre (4) congélateurs de -86ºC, huit (8) congélateurs de -26ºC, un (1) appareil de séquençage des germes et quatre (4) chambres froides négatives.

A propos des moyens logistiques ont note l’acquisition de soixante dix (70) ambulances, trente (30) véhicules de supervision, douze (12) Motos et deux (2) camions frigorifiques. Par ailleurs, un large redéploiement a été effectué, ayant permis d’améliorer le taux d’agents en zone rurale qui passe de 32% en 2020 à 44% en 2021.

Campagnes de vaccination

Des campagnes de vaccination de masse ont été réalisées dans le cadre de la lutte contre les maladies transmissibles et tropicales négligées. Ainsi, deux formes des vaccins (nOPV2 et VOPb) contre la poliomyélite ont été administrées respectivement à 8 767 123 et 5 544 409 enfants 0-59 mois. Pour ce qui est de la méningite, 784 162 personnes ont été vaccinées pour une cible de 895 961, soit un taux de couverture vaccinale de 88%. Relativement à la rougeole, la campagne de vaccination a touché 667 939 personnes pour une cible de 1 155 982. Pour le choléra, 1 066 279 personnes ont reçu le vaccin pour une cible de 1 142 344. S’agissant du cas particulier de la pandémie de COVID-19, la campagne a permis d’administrer 1 778 101 doses de vaccin. En 4 passages de chimio-prévention du paludisme saisonnier, 3 714 777 enfants de 3 à 59 mois ont été traités pour une cible de 3 803 919 enfants. De même, environ 4,4 millions de Moustiquaires Imprégnées à Longue Durée d’Action (MILDA) ont été distribuées dans les régions d’Agadez, Maradi, Tahoua et Zinder. En outre, une campagne de traitement de masse organisée dans les 8 régions a permis de traiter 7 680 238 personnes souffrant des maladies tropicales négligées. A cela s’ajoutent deux (2) campagnes de chirurgie foraine au cours desquelles 927 personnes ont été consultées et 420 opérées. D’autres efforts ont consisté à créer 14 camps de chirurgie de Cataractes et de Trichiasis, ayant permis d’opérer 20 514 cataractes. Par ailleurs, 18 728 sorties foraines et 2 376 mobiles ont été organisées.

En plus des campagnes de prévention, des intrants ont été acquis en vue de l’amélioration de l’état nutritionnel des enfants. Les campagnes de prévention portent sur la supplémentation en

vitamine A, ayant touché 5 758 360 enfants de 6 à 59 mois, et le déparasitage, touchant 5 532 296 enfants de 0 à 59 mois. De plus, d’importants lots d’intrants de prise en charge de la malnutrition aigüe sévère ont été acquis.

Le cadre juridique et institutionnel a été aussi renforcé par l’adoption de plusieurs textes et documents stratégiques. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’adoption des décrets portant sur la création de l’Institut National d’Assistance Médicale (INAM), sur les infractions et sanctions

applicables en matière de lutte contre la pandémie de la COVID-19 et sur l’application de la loi fixant les principes fondamentaux de l’insertion des personnes handicapées.

Par Ali Maman(onep)