1ère édition du ‘’Marché du Livre et des Arts du Niger’’ (MALAN) : Célébrer la littérature et susciter l’amour du livre chez les jeunes

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les activités entrant dans le cadre de la première édition du « Marché du Livre et des Arts du Niger (MALAN) » ont débuté le samedi 15 janvier 2022  au Lycée Clab de Niamey. Le MALAN est un projet culturel porté par l’Association Poétique et Littéraire du Niger (APOL-Niger), soutenue par la maison d’édition « Les Nouvelles Éditions du Sahel ». Cet événement couplé à la grande finale du concours «Talents-Littéraires», une compétition littéraire ayant enregistré la participation de 32 candidats issus de 8 écoles du Niger a une double-portée : d’une part, célébrer la littérature et d’autre part, susciter l’amour du livre chez les plus jeunes.

Pour rappel, cette première édition du MALAN est placée sous le thème : «Le livre, vecteur de développement socioculturel et économique d’un pays».

Lors de la cérémonie d’ouverture du ‘’Marché du Livre et des Arts du Niger’’, l’initiateur M. Boubé Hamma a précisé que cette rencontre culturelle d’envergure internationale avec comme pays invité d’honneur, la Côte d’Ivoire est fondamentalement axée sur la découverte du Niger (et de l’Afrique) à travers sa littérature contemporaine, sa diversité musicale, culturelle, touristique et artisanale. «Je souhaite la chaleureuse bienvenue à toutes les délégations qui séjournent au Niger, dans le dessein de célébrer avec nous cette grande fête culturelle et littéraire, je veux nommer: le Marché du Livre et des Arts du Niger», a déclaré le promoteur de l’évènement.

Par ailleurs, M. Boubé Hamma a témoigné que c’est la première fois au Niger qu’un évènement promeut trois domaines à la fois au plan culturel, à savoir la littérature, le tourisme et l’artisanat. Selon lui, cet évènement va combler, sans nul doute, un vide culturel qui a tant existé au Niger. «Nous sommes fiers d’avoir porté ce fardeau. J’ai aussi le grand plaisir de vous dire Merci. J’avoue que le chemin de l’organisation n’a point été de repos. Il a même été long et périlleux et à certains moments de la marche dans l’organisation, j’ai eu le sentiment d’être abandonné. Tant, dans mes démarches, je me serai heurté à des obstacles qui résident essentiellement dans l’insuffisance et la faiblesse des politiques de promotion du livre communes à nos États africains», regrette l’initiateur du MALAN avant d’adresser un plaidoyer à l’endroit des autorités. «Aidez-nous, en tant que promoteur culturel, à donner le meilleur de nous-mêmes et à mieux vendre l’image du pays en Afrique et dans le monde entier. La volonté seule des promoteurs culturels et artistiques ne suffit plus. L’État nigérien doit nécessairement nous accompagner sur tous les plans notamment technique, logistique, financier et infrastructurel», a-t-il insisté.

A noter que c’est l’Organisation Internationale de la Francophonie qui a appuyé la tenue de cette rencontre sur le volet communication.

 Abdoul-Aziz Ibrahim(Onep)