1ère session ordinaire du Conseil de ville de Niamey au titre de l’année 2022 : Les conseillers planchent sur plusieurs points, dont la convocation d’une table ronde dite “zéro classe en paillotte à Niamey’’

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La 1ère session ordinaire du Conseil de Ville de Niamey a débuté hier matin. La cérémonie d’ouverture des assises présidée par le député maire, président du Conseil de ville de Niamey, M. Oumarou Dogari Moumouni s’est déroulée dans la salle de conférences de l’Hôtel de ville. Au cours de cette session qui durera 4 jours, les conseillers plancheront sur plusieurs points, notamment la convocation d’une table ronde intitulée ‘’Zéro classe en paillotte à Niamey’’; l’acceptation du Fonds du projet ASTON pour sa phase d’expérimentation ; la mise à disposition du terrain devant abriter trois (03) centres de santé intégrés de type 2 sur financement de l’AIMF, des réflexions sur le projet d’assistance CODATU ; le recrutement et la mise en formation des agents de la police municipale ; la modernisation du commerce de rue à travers la confection et la vulgarisation d’équipements marchants de type préfabriqués, etc.

A l’ouverture de cette 1ère session ordinaire du Conseil de ville de Niamey, le député maire Oumarou Dogari a rappelé que le dernier Conseil de ville de Niamey au titre de l’année 2021, l’institution a exprimé sa préoccupation par rapport à la situation très peu enviable dans laquelle s’étaient retrouvés les agents de la Ville de Niamey. «Si l’exécutif a fort bien relevé cette situation de paie, ce n’est pas sans l’inestimable apport de l’Etat. Nous voudrons conséquemment exprimer encore une fois notre reconnaissance à l’endroit du Président de la République S.E. Mohamed Bazoum pour le soutien constant qui se traduit par un appui multiforme à la Ville de Niamey. Nous continuerons à compter sur la disponibilité du gouvernement sans laquelle la réussite des collectivités territoriales dans leurs missions régaliennes ne peut se réaliser», a-t-il souligné.

Par ailleurs, le député maire a notifié que plusieurs actions ont été menées par la Ville, notamment l’élaboration d’un plan quinquennal 2022-2026 à travers lequel la Ville s’engage à renforcer la mobilisation démocratique autour des objectifs de développement du territoire

communal en tendant naturellement vers le développement économique local et à mettre en place des services publics essentiels qui amélioreront les conditions de vie des populations, l’électrification des CSI et leurs dotations en médicaments et en personnel d’appui, etc.

Concernant l’éducation, M. Oumarou Dogari a précisé que l’exécutif de la Ville de Niamey a fait la suggestion à tous les acteurs impliqués dans la question scolaire d’envisager la substitution intégrale des classes paillotes par des classes à structure évolutive pour juguler les phénomènes récurrents et désolants des incendies. «Actuellement, nous travaillons à tenir une table ronde afin de mobiliser les réflexions pour l’atteinte de l’objectif ‘’Zéro classe paillote à Niamey à l’horizon 2024’’», a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de la mobilité urbaine, a indiqué l’honorable Oumarou Dogari, le Conseil de ville poursuivra la construction des voies latéritiques de manière à rendre accessibles les différents quartiers de Niamey, car le désenclavement de la ville constitue un axe majeur de l’engagement politique du Conseil. Le député maire a enfin affirmé qu’un des volets importants de planification pour la Ville de Niamey est le projet ‘’Nourrir Niamey’’. «Par Nourrir Niamey, nous entendons la modernisation de nos structures marchandes avec l’appui de l’AFD. Nous travaillons à faire construire le marché Djamadjé ou marché dolé, le marché de Darsalam et celui de la rive droite», a-t-il mentionné.

Auparavant, le gouverneur de la région de Niamey, M. Oudou Ambouka a exhorté les membres du Conseil de ville à être ponctuels et assidus au regard des thématiques d’actualités inscrites à l’ordre du jour de la session. Pour le gouverneur de Niamey, ces thématiques cadrent parfaitement avec les ambitions des autorités du pays, notamment l’atteinte des objectifs du développement socioéconomique durable.

Rachida Abdou Ibrahim(onep)  et NafissaYahaya

(Stagiaires)