2ème dissémination des résultats de l’enquête afro baromètre Round8-Niger: L’enquête revèle que les Nigériens sont partagés quant à l’égalité des citoyens devant la loi

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LASDEL) a présenté, le vendredi 10 décembre à Niamey, sa deuxième dissémination des résultats de l’enquête afro baromètre Round8-Niger. Cette présentation est axée sur deux points à savoir la perception de la justice et de la sécurité par les citoyens au Niger. Il s’agit précisément d’une part du respect des lois et tribunaux dont une bonne partie perçoit des traitements inéquitables devant la justice et la perception des citoyens nigériens sur la sécurité d’autre part.

Cet exercice périodique du LASDEL vise à rendre pu­blic ces différentes en­quêtes d’opinion effectuée au sein de la population. Selon cette en­quête la grande majorité des Nigé­riens sont en désaccord (+70%°) avec les tenants qui disent que «les Nigériens ne sont pas assez solidaires envers les victimes et les populations déplacées à la suite d’actes de terrorisme dans notre pays». Autrement dit, les Nigériens sont très solidaires en cas de mou­vement de population quel que soit le motif du déplacement. Pour le besoin de cette enquête, l’équipe d’Afro baromètre au Niger, conduite par le LASDEL s’est en­tretenue avec 1199 adultes Nigé­riens en novembre 2020. Un échantillon de cette taille produit des résultats nationaux avec des marges d’erreur autour de 3% à un niveau de confiance de 95%.

S’agissant des résultats, l’on re­tient que 9 Nigériens sur 10 (90%) pensent que l’insécurité est un pro­blème majeur au Niger. En milieu urbain, par exemple, plus de 9 ci­toyens sur 10 (94%) pensent que l’insécurité est un problème majeur et milieu rural près de 9/10 parta­gent le même avis. Les hommes et les femmes partagent le même avis que l’insécurité est un pro­blème majeur (respectivement 91 % et 88%). La source précise que près 9/10 Nigériens (88%) pensent que le terrorisme est un problème majeur au Niger. En milieu urbain plus de 9/10 Nigériens (92%) pen­sent que le terrorisme est un pro­blème majeur. Et en milieu rural près de 9/10 citoyens Nigériens pensent dans le même ordre d’idée que le milieu urbain. En outre, la grande majorité (93%) des Nigé­riens se sentent en sécurité dans leur quartier (Juste une ou deux fois, quelques fois, plusieurs fois et toujours). Seulement 12% des ci­toyens Nigériens ont craint la vio­lence des extrémismes mais ils n’ont ressenti cette violence contre 6% qui ont craint et ressenti la vio­lence des extrémismes.

En conclusion, l’enquête montre que l’insécurité et le terrorisme in­quiètent d’une manière générale les Nigériens mais individuellement les populations dans leur grande majorité se sentent sécurisées dans leurs quartiers et villages. Et aussi dans la grande majorité ces populations sont très solidaires en­vers les personnes déplacées et aussi les victimes en cas d’acte ter­roriste dans le pays.

Quant à la perception des citoyens au sujet de la justice, l’enquête a montré que les Nigériens deman­dent la conformité aux lois et aux décisions de justice par le Prési­dent de la République (74%) ainsi que par le gouvernement (79%). 2/3 des citoyens pensent que le Président de la République ignore «rarement» ou «jamais» les lois et tribunaux du pays (66%) et l’As­semblée Nationale (65%). L’avis que le Président de la République ignore «souvent» ou «toujours» les lois et tribunaux du pays est plus prononcé parmi les citoyens avec un niveau d’études secondaire (46%) ou post-secondaire (45%) et les citadins (44%). Ensuite les en­quêtes montrent aussi que la moi­tié (50%) des Nigériens pense que les citoyens sont traités «souvent» ou «toujours» inégalement devant la loi. Les Nigériens perçoivent plus l’impunité des officiels qui commet­tent des actes contraires à la loi (56%) que celle des citoyens ordi­naires qui violent la loi (22%).

Selon l’enquête, 68% des Nigé­riens expriment leur confiance en­vers les cours et tribunaux du pays. En ce qui concerne de la redevabi­lité du Président et du gouverne­ment devant la loi, l’on constate que plus 7/10 des Nigériens (74%) affirment que le Président de la Ré­publique doit toujours obéir aux lois et aux décisions de justice, même s’il pense qu’elles sont erronées. Seulement 1/4 (26%) des citoyens affirment que puisque le Président a été élu pour diriger le pays, il ne doit pas être contraint par les lois ou des décisions de la justice qu’il estime erronées. En conclusion, l’enquête a fait ressortir que selon les données de l’enquête Afro ba­romètre que les Nigériens soutien­nent fortement la redevabilité du Président et du gouvernement de­vant les institutions législatives et le respect de la justice.

Mais, le Président de la République a une bonne note quant à sa consi­dération des décisions de justice et de l’Assemblée nationale. Cepen­dant, les Nigériens sont partagés quant à l’égalité des citoyens de­vant la loi. Et plus d’impunité est perçue pour les officiels qui com­mettent des crimes que les ci­toyens ordinaires qui en commettent.

Mamane Abdoulaye(onep)