Affluence de la clientèle sur les points de vente des prêts-à-porter

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

Au moment où le mois béni tire à sa fin, les fidèles croyants se tournent vers les préparatifs de la fête de Ramadan. C’est le moment aussi pour les commerçants des différents marchés de la capitale de faire un bon chiffre d’affaires.

 Ainsi, Djibrilla Boubacar Soumana, vendeur d’habits et de chaussures au niveau du grand marché de Niamey, nous explique que la clientèle était au tout début réticente  mais ces deux derniers jours, il arrive à s’en sortir. « Je vends tout ce qui est chaussures pour femmes adultes et pour les enfants, des habits aussi bien pour les filles que les garçons, tout âge confondu. Le prix des chaussures varie de 2500 FCFA à 6000 FCFA et pour les habits de 4500 FCFA à 15.000 FCFA. Tout dépend de la qualité voulue par le client », a-t-il expliqué. Djibrilla nous confie que bien avant la fête, il vendait au même prix et qu’il arrive même que depuis l’approche de cette fête qu’il fasse des réductions au vu de la situation économique des citoyens.Faouzia Halidou, cliente venue se procurer des habits et chaussures pour la fête, déclare avoir déjà eu les vêtements pour les enfants. « J’ai acheté deux complets depuis plus de deux semaine car, à  quelques jours de la fête, les articles coûteront encore plus chers. Les commerçants profitent de cette occasion pour rehausser leurs prix », se plaint-elle.

A l’occasion de cette fête, une foire au palais du 29 Juillet regroupe quelques marchants de la capitale. Issaka Idrisa, venu exposer pour la première fois, nous affirme qu’il n’y pas eu trop de va et vient les premiers jours mais qu’après la rupture, il y’a de l’ambiance. « Je suis un nouvel exposant à la foire ; bien que je n’y connaisse pas grand-chose, j’arrive à m’en sortir. Je vends des chaussures pour filles et garçons de 1 à 15 ans et les prix sont abordables », a-t-il indiqué. A la foire comme dans les marchés, les prix sont tous négociables. En effet, ils varient de 2500 FCFA à 5000 FCFA en fonction de la qualité. Venue faire un tour pour s’épargner des bousculades dans les marchés en ce moment, Aichatou Ousmane nous assure que, vue l’ambiance aux alentours des marchés, mieux vaut payer ces articles à la foire surtout que c’est les mêmes vendeurs. « Je trouve que les prix sont vraiment abordables ; j’ai payé une paire de chaussure pour ma fille à 3500 FCFA, ce qui aurait dû me couter 4500 FCFA voire 5000 au grand marché. La robe, je l’ai eue à 8500 FCFA et, il y a une différence de 3500 FCFA d’avec le prix au niveau du marché car une amie l’a payée à sa nièce à 13000 FCFA » a-t-elle déploré.

Par Rachida Abdou Ibrahim(onep)