Atelier de concertation pour l’identification des thèmes de recherche à la base : Développer des innovations pour booster le secteur agricole

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Ph D Mamoudou Djibo a présidé le 2 Juillet à Niamey, l’ouverture des travaux de l’atelier de concertation pour l’identification des thèmes de recherche à la base. L’Objectif visé est de lancer le processus d’identification des thèmes de recherche à la base au niveau des huit (8) régions du Niger.

A l’ouverture des travaux, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, PhD Mamoudou Djibo a dit que les thèmes de recherches agronomiques doivent être définis en fonction des contraintes identifiées par les producteurs à la base. «Une recherche agronomique participative, intégrative, systémique, inclusive, innovante et à impact pouvant contribuer efficacement au développement agricole est une voie prioritaire que le Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA) voudrait désormais développer et ancrer», a-t-il déclaré.

C’est pourquoi, le ministre Mamoudou Djibo a dit avoir engagé le Secrétariat Permanent du CNRA, les structures de recherches agronomiques, les structures d’appui conseil agricole et les conseils régionaux à une collaboration dynamique afin de confirmer et/ou de compléter le plan d’action de la stratégie de Recherche-Formation-Innovation pour l’Agriculture sur le moyen et long terme au Niger. «Pour sa part, le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que des mesures d’accompagnement, de nouveaux mécanismes et de nouvelles procédures soient mises en place et des moyens conséquents soient mobilisés pour réussir la mission du CNRA et ses institutions membres dans l’exécution des nouveaux programmes de recherche», a-t-il assuré. 

Par ailleurs, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a rappelé que le Conseil National de la Recherche Agronomique est un outil de mise en œuvre de l’Initiative 3N aux côtés du Fonds d’Investissement pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (FISAN) et de l’Agence de promotion du Conseil Agricole (APCA). Le CNRA et son organe d’exécution le Secrétariat Permanent, «constituent l’instance de décision qui doit informer le gouvernement en temps réel, des enjeux de l’agriculture nationale et des solutions qui peuvent être apportées pour qu’elle joue réellement son rôle de levier principal de l’économie de notre pays», a-t-il ajouté.

Afin de contribuer efficacement à la levée des défis qui freinent le développement agricole, «le Système National de la Recherche Agronomique se doit en effet de changer d’approche et de mode de fonctionnement vis-à vis de la recherche et de sa relation avec les acteurs de développement», a dit le ministre Mamoudou Djibo. Dans cette optique, la promotion et le développement dans l’ensemble du cycle de la recherche, la remontée des besoins en recherche jusqu’à la diffusion des résultats à leurs utilisateurs potentiels, doivent faire partie de la nouvelle stratégie de la recherche agricole dans notre pays.

D’après le ministre Mamoudou Djibo, c’est dans ce cadre que la Stratégie

Nationale de Recherche-Formation-Innovation pour l’Agriculture, sur le moyen et long termes au Niger et son plan d’action, ont été adoptés par le Gouvernement et ont défini les priorités de recherche, de formation et d’appui conseil agricole. Cette stratégie est un cadre formel de concertation entre chercheurs, formateurs et utilisateurs des produits de la recherche. Dans le cadre de l’opérationnalisation de cette Stratégie, il a été recommandé lors de la dernière session du CNRA de confirmer que les préoccupations à la base des producteurs sont prises en compte dans ladite stratégie et son Plan d’Actions.

Auparavant, la secrétaire permanent du CNRA, Dr Boukari Habsatou a expliqué que le secrétariat permanent a entre autres missions de veiller au bon fonctionnement de l’ensemble du système agronomique ainsi que le suivi de sa mise en œuvre, le suivi de plans stratégiques des projets et programmes et ou recherches de développement, d’assurer la collaboration entre les différents intervenants aussi bien du CNRA que d’institutions nationales du système de la recherche agronomique, de fédérer les capacités, les compétences et les activités des institutions nationales et internationales de recherche agronomique et de les mettre en synergie dans le cadre de la mise en œuvre du plan et programme définis par le CNRA et de coordonner, animer et stimuler la participation des structures de recherches à la réalisation de programmes prioritaires approuvés par le gouvernement.

 Mamane Abdoulaye(onep)