Atelier d’échanges sur les données de la migration : Amélioration de la qualité des statistiques migratoires et du système des statistiques nationales

Société

L’Institut National de la Statistique (INS) a organisé hier à Niamey, avec l’appui financier de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM), un atelier de partage d’expériences entre le Niger et certains pays de la sous-région et du Maghreb. Il s’agit à travers cette rencontre dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par la directrice générale de l’INS, Mme Takoubakoye Aminata Boureima d’échanger sur les méthodologies, la collecte et l’analyse des données migratoires et partager les stratégies de diffusion afin que ces statistiques soient mises à la disposition des différents acteurs. Le représentant de l’OIM, la représentante du bureau régional d’ONU Femmes, les représentants des Instituts des statistiques du Burkina, de la Côte d’Ivoire et du Mali, ont pris part à cette rencontre.

Dans son intervention, la directrice générale de la statistique a d’abord rappelé que, le contexte du Niger a été marqué ces dernières années par des flux migratoires massifs et multiformes qui ont souvent des conséquences sur les vies humaines et sur l’économie du pays. Une situation qui a imposé au pays la prise en compte des nouveaux défis causés par ce mouvement dans le processus de développement économique et social. Ainsi, l’Etat du Niger a adopté en septembre 2020, le document de politique nationale de migration (PNM) pour la période 2020-2035 et de son plan d’action  quinquennal qui prend en compte ces différentes préoccupations. Afin de répondre à toutes ces préoccupations, il est impératif de disposer, a dit Mme Takoubakoye Aminata Boureima, des statistiques fiables et de bonne qualité accessibles aux différents utilisateurs. Aussi, a-t-elle souligné, grâce à ce partenariat avec l’OIM, l’Institut National de la Statistique dispose aujourd’hui d’une plateforme en ligne qui centralise les données produites sur la migration provenant de diverses sources et de plusieurs acteurs. « C’est en effet un pas très important pour l’INS, pour le suivi de la politique migratoire, pour le PDES et tout le système statistique », a dit la directrice générale de l’INS, Mme Takoubakoye Aminata Boureima.

Pour sa part, le représentant de l’OIM, M. Seve Diomandé a exprimé sa satisfaction de constater que les objectifs qu’ils se sont assignés au début de leur collaboration ont été atteints. Ce qui, a-t-il soutenu, témoigne de leur attachement commun à attribuer à la statistique et aux produits statistiques un rôle de gouvernail dans toutes les actions publiques. M. Seve Diomandé a en outre saisi cette occasion pour passer en revue les multiples avancées en matière de collaboration entre l’INS et l’OIM dans le cadre de leurs activités d’appui au renforcement de la gestion de la migration au Niger, avec le financement du Royaume du Danemark. Il s’agit, de la réalisation d’une cartographie des producteurs et utilisateurs de données sur la migration au Niger ; des séries de formations à l’endroit de plusieurs cadres de l’Etat sur les nouveaux outils de collecte et de méthode fiable d’analyse des données et la mise en place de la plateforme des données qui centralise les différentes données des structures productrices au niveau du portail de l’INS. L’Organisation Internationale pour la Migration voulait par ces actions, a indiqué son représentant, démontrer l’intérêt significatif attaché à l’amélioration du système national de production de la mise à disposition de statistique à travers un accès particulier sur la fiabilité et la qualité. Ce qui permettra, a-t-il fait savoir, de disposer des données crédibles aussi bien au plan national qu’international afin de satisfaire efficacement les besoins des utilisateurs à ces deux niveaux. Aussi, a soutenu M. Seve Diomande, les statistiques officielles de hautes qualités sont incontournables pour assurer la transparence, la bonne gouvernance et le développement inclusif.

 Aïchatou Hamma Wakasso(onep)