Atelier sur le processus de l’Etude de faisabilité de l’Agence Nationale d’Enregistrement et de l’Identification (ANEI) : Recueillir les contributions des acteurs de mise en œuvre avant l’atelier national de validation

Société

Les travaux de l’atelier d’enrichissement des drafts de documents élaborés dans le cadre de l’étude de faisabilité de l’Agence Nationale d’Enregistrement et de l’Identification (ANEI) ont débuté, hier matin à Niamey. Ces assises ont été organisées par la direction générale de l’Etat Civil, des Migrations et des réfugiés, dans le but de recueillir les contributions à travers les enrichissements des documents de la vision, du guide méthodologique, des avants projets de loi, de son décret d’application et du plan d’actions. C’est le secrétaire général du ministère de l’intérieur et de la décentralisation,  M. Seydou Halidou qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cet atelier en présence du Coordonnateur Adjoint du Projet d’Appui aux Réfugiés et Communautés d’Accueil (PARCA) M. Sanoussi Malam Seydou.

Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire Général du ministère l’Intérieur et de la Décentralisation, s’est réjoui de  la manière dont se déroule le processus de cette étude de faisabilité de l’Agence Nationale de l’Enregistrement et de l’Identification (ANEI). Selon lui, l’identification formelle est une condition préalable à la libre circulation des personnes et de leurs biens et au développement socioéconomique d’un pays. Elle  constitue à ce titre un

immense défi pour de nombreux pays en développement n’ayant pas encore un système efficace leur permettant d’identifier l’ensemble de leur population.

A titre de rappel, plusieurs activités ont été réalisées par le Comité Technique depuis son installation officielle, en septembre 2021 par le Ministre de l’Intérieur et de la Décentration pour conduire cette étude à son terme. 

Par la suite fut organisé un atelier à Niamey, en février 2022 ayant regroupé toutes les parties prenantes avec comme objectif, de clarifier la vision, les objectifs, les résultats attendus et la

démarche de l’étude de faisabilité pour la création et la mise en place d’une Agence dédiée à l’enregistrement et à l’identification des personnes physiques au Niger.  Dans ce cadre a rappelé M. Seydou Halidou, les consultants ont fait le tour de quelques structures clés pour la collecte des données en vue de proposer une vision, un guide méthodologique, le cadre juridique et institutionnel et le plan d’actions.

« En vue de garantir la démarche participative de l’étude, dont l’intérêt est de mettre en place un Système Intégré de Gestion de l’Enregistrement et de l’Identification des Personnes physiques, il est mieux indiqué de les soumettre à votre appréciation, en tant qu’acteurs de mise en œuvre, avant l’atelier national de validation », a précisé le Secrétaire Général M. Seydou Halidou.

Pour ce faire, a-t-il poursuivi, cette réunion est donc d’une importance particulière pour l’avènement de cette agence et traduit la volonté manifeste de l’Etat et de ses partenaires.

M. Seydou Halidou a, enfin, exhorté les participants  à une participation active afin de produire des documents de qualité avant de les soumettre à l’atelier national de validation le 14 Juillet 2022.

Avant de remercier au nom du  Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et à son nom propre, la Banque Mondiale pour le financement de cette  étude à travers la Composante 3 du Projet d’Appui aux Réfugiés et Communautés d’Accueil (PARCA).

Le coordonnateur adjoint du PARCA, M. Sanoussi Malam Seydou a quant à lui souligné que ce projet était au départ  une activité du PARCA dans le but d’identifier et d’enregistrer les réfugiés dans les zones d’intervention du projet. Selon ses explications, c’est à  la demande du ministère de l’intérieur que ce projet est devenu un projet national. « Identifier une personne c’est d’abord la connaitre elle-même et c’est aussi un potentiel de développement. Je n’ai aucun doute que les compétences qui sont réunies ici peuvent permettre d’enrichir les documents qui sont produits », a-t-il affirmé. 

 Aminatou Seydou Harouna(onep)