Enseignement supérieur : Ferme volonté du Chef de l’Etat d’améliorer les conditions d’étude et de travail

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le déplacement du Président Mohamed Bazoum à l’Université Abdou Moumouni de Niamey le 23 mars dernier n’était pas seulement motivé par le lancement des festivités de la célébration du cinquantenaire de cette Institution. Le Chef de l’Etat était là pour  aussi rendre hommage aux acteurs de l’enseignement supérieur et réaffirmer à travers des actions son soutien indéfectible au secteur. «Je suis venu pour rendre hommage à ceux qui ont le mérite d’avoir eu cette initiative et à tous ceux qui ont entretenu cette Université qui a produit des cadres de qualité grâce auxquels, aujourd’hui, notre pays existe», avait dit le Président de la République. « C’est parce que nous avons construit cela sur une base solide et je vais le dire sans toute forme de prétention, que nous pouvons envisager notre avenir avec sérénité pourvu que nous restions justement rigoureux et que nous soyons dignes de cet héritage que nous ont légué ceux qui nous ont précédé», a ajouté SE Mohamed Bazoum. Aussi, à partir de certains problèmes révélés à l’UAM, il a mis le doigt sur les causes du retard du Niger ces dernières années en matière de l’enseignement supérieur, avant d’en appeler au sursaut de l’ensemble des acteurs secteur. Pour ce qui est du gouvernement le Chef de l’Etat a réaffirmé son engagement à faire dans ce sens tout ce qui est nécessaire. 32 milliards de francs CFA ont été dépensés au cours de l’année 2021 dans l’enseignement supérieur au Niger,  dont 20,1 milliards à titre de bourses au profit de 33.571 étudiants et 2,25 milliards d’aide sociale au profit de 19.182 étudiants. A l’occasion de son déplacement à l’UAM, le Chef de l’Etat a procédé à l’inauguration d’un amphithéâtre de 1000 places et d’un autre appelé «Tentes Marocaines». Il a lancé également un réseau hotspot de connexion Wi-Fi à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines avant de poser la première pierre pour la construction d’une tente-amphithéâtre d’une capacité de deux mille (2000) places. Il s’agit à travers ces investissements de doter l’UAM d’infrastructures aux normes et de qualité pour le développement de l’enseignement supérieur. Les infrastructures inaugurées font partie d’un vaste programme initié par le Chef de l’Etat, qui à terme permettra de doter l’UAM d’un nouveau campus qui sera édifié sur une superficie de 200 hectares. Les infrastructures qui seront réalisées comprendront notamment deux amphithéâtres de 2000 places, un amphithéâtre de 1000 places, un amphithéâtre de 500 places et deux dortoirs de 600 places chacun. Il y a également la construction d’un restaurant de 500 couverts avec annexes et un Laboratoire équipé qui viendront compléter les dotations de cet ensemble destiné au confort et à la vie sociale des étudiants.

Les autres universités font partie du programme. Selon les documents de la Cellule d’Analyse des Politiques Publiques et d’Evaluation de l’Action Gouvernementale, toujours pour le renforcement du cadre d’apprentissage et d’amélioration des conditions de vie des étudiants, 3 ambulances ont été acquises, un centre culturel en cours de construction (73,4% d’exécution) à l’université de Niamey, un foyer en cours de construction à l’université de Tahoua et 2 chambres froides construites au niveau des centres des œuvres universitaires de Diffa et de Tillabéri. 

De manière globale les infrastructures d’accueil en cours d’exécution comprennent la construction et l’équipement de 2 blocs de 2 salles de cours de 250 places dans les universités de Maradi et de Tahoua et la construction des tentes marocaines de 1.000 places dans les universités de Maradi, Tahoua, Zinder et Niamey et de 300 places dans les universités d’Agadez, de Diffa, de Dosso et de Tillabéri, totalisant 6.200 places supplémentaires.

Aussi, la même source fait remarquer que le renforcement des capacités a contribué à la promotion de la recherche, avec la construction d’un laboratoire de biodiversité à l’université de Maradi et de 3 laboratoires de chimie au profit des universités d’Agadez, de Maradi et de Niamey. A cela s’ajoute l’ouverture d’un laboratoire polyvalent de travaux pratiques et de recherche à l’université d’Agadez et d’un laboratoire d’agroécologie à l’université de Tillabéry. Les actions supplémentaires pour améliorer la recherche concernent l’adoption d’un décret portant approbation des statuts de l’Académie des Sciences du Niger (ASNI), la définition des priorités majeures de recherche, la création d’un site web du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS), l’opérationnalisation du Fonds d’Appui à la Recherche Scientifique et à l’Innovation Technologique (FARSIT) ainsi que l’organisation des sessions de renforcement des capacités des enseignants chercheurs, chercheurs et technologues sur des thématiques de recherche comme l’élaboration des projets de recherche, la rédaction des protocoles d’expérimentations et de publications scientifiques. Au total, 45 enseignants chercheurs ont bénéficié de ces sessions de renforcement des capacités.

Toutes ces actions auxquelles s’ajoute la décision inédite du recrutement pour le compte des différentes universités du Niger de 171 enseignants chercheures et chercheurs en cette année de 2022, participent de la concrétisation de l’engagement pris par le Chef de l’Etat à l’occasion de son investiture le 2 avril 2021. Ils traduisent sa volonté et son ambition de continuer à apporter des réponses concrètes et durables à la modernisation de l’enseignement supérieur.

Par Souley Moutari(onep)