Entreprenariat féminin au Niger : Passion, courage et persévérance

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

L’entreprenariat féminin connait une croissance significative ces dernières années au Niger. Cela s’explique, sans doute, par le fait que les femmes ont pris conscience du rôle important qu’elles peuvent jouer pour apporter un plus dans le développement de l’économie du pays. C’est ainsi qu’elles sont sorties de leur très long silence et rompu avec leur ancien rôle qui se résume aux travaux ménagers et à la garde des enfants et se battent corps et âme pour lancer leurs propres affaires afin de pouvoir être autonome économiquement. Elles sont aujourd’hui présentes dans tous les secteurs d’activités génératrices de revenu notamment la transformation agro-alimentaire et bien d’autres secteurs de l’économie. En somme, l’entreprenariat féminin a connu un accroissement d’intérêt du fait du rôle important et de la place qu’occupent de plus en plus ces dernières dans la vie économique et sociale de notre pays

Nombreux ont compris que l’entreprenariat est de nos jours plus que nécessaire car, c’est le seul secteur qui peut permettre à un pays de se développer et aux femmes d’être financièrement autonomes. L’Etat du Niger ne peut pas assurer l’emploi à tous les diplômés, et ça, beaucoup l’ont compris et cherchent à créer leurs propres entreprises.    

C’est d’ailleurs l’exemple de Mme Moustapha Ouma Kaltoum agroéconomiste de formation et promotrice de l’entreprise ProNat (produits naturels du Niger), spécialisée dans la collecte et la commercialisation du miel pur, mais aussi la transformation, le développement et la fabrication des sous-produits du miel à savoir la cire qu’elle utilise pour faire des produits cosmétiques notamment : pommade pour corps, crème pour cheveux, des baumes à lèvre, des soins visage mais aussi des bonbons au miel. Créée en 2018, ProNat est une micro entreprise avec deux employés permanents et trois temporaires. Plusieurs raisons ont poussé Ouma Kaltoum à tendre vers l’entreprenariat. Ainsi, après 15 ans de travail dans le développement rural, Mme Moustapha s’est rendue compte qu’au monde rural, on confie beaucoup de choses notamment les aspects de transformation et commercialisation. En plus, le Niger a beaucoup de potentialités qui sont malheureusement sous exploitées. «On ne donne pas de la valeur à nos matières premières, ce qui fait qu’on ne crée pas de la richesse, c’est plutôt ceux-là qui achètent nos produits bruts, les transforment pour nous les revendre plus chers qui en profitent » affirme-t-elle. L’autre réalité est que l’Etat aussi ne recrute pas assez, vu le fort taux de croissance démographique, il y a énormément de jeunes qui, après les études, n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

C’est toutes ces raisons qui ont amené Ouma Kaltoum à se lancer  dans l’entreprenariat, créer de l’emploi donc donner une opportunité à d’autres. En effet, beaucoup de Nigériens ne savent pas que notre pays dispose de très bon miel, notamment vers les zones de Torodi, Maradi, Gaya, Zinder. Pour sa part, ProNat procure le miel dans la région de Dosso, plus précisément le département de Gaya. « Nous avons un processus de filtrage qui nous permet d’avoir un miel de très bonne qualité qui conserve les différentes vitamines avec beaucoup de vertus comme indiqué dans la devise de notre entreprise : Nature, santé, bien-être », a-t-elle affirmé. La marque ProNat est déjà protégée dans 17 pays Africains et le miel est déjà certifié mais, l’entreprise veut d’abord avoir une bonne assise au Niger avant de s’intéresser à l’exportation, nous a confié Mme Moustapha. La marque est en train de faire son petit chemin et les clients commencent à s’y intéresser. Elle a en outre lancé un appel d’abord à l’endroit de l’Etat pour qu’il puisse créer un environnement favorable pour que les entreprises privées émergent et soient compétitives et aux concitoyens d’avoir une certaine fierté à consommer le local.

Mme Ibro Adamou Souradja est, elle, promotrice de Idée Féminine, une entreprise spécialisée dans tout ce qui est agroalimentaire, spécialement l’assaisonnement naturel à savoir : les épices, les arômes naturels, l’ail moulu, le piment assaisonné, le kiri, la cannelle, le clou de girofle, le gingembre et le curcuma en poudre etc. Elle a choisi un cadre de transformation qui touche beaucoup plus la femme car, touchant à la cuisine. Cette motivation de Mme Ibro Souradja est partie d’un constat que les femmes cherchent toujours à donner du goût à leurs plats en vue de faire plaisir à la famille. Ce qui les poussent souvent vers des attitudes qui ne sont pas appropriées, notamment l’utilisation des bouillons dont elles ignorent complètement leurs origines, et ne savent pas par conséquent quel dommage cela peut engendrer sur le plan sanitaire, alors que le Niger dispose de matières premières en ce qui concerne l’assaisonnement naturel. C’est toutes ces choses qui ont amené la promotrice de Idée Féminine à mettre en valeur ces matières premières locales pour que toute la population puisse en bénéficier. Ainsi elle a créé cette entreprise qui a démarré ses activités en 2012 avec un capital de 7500 FCFA et le premier produit ‘’Marga marga’’ qui est un cocktail d’épices dont le terme est vraiment connu de la population. Elle a préféré garder le terme que les femmes vont vite comprendre car, dès qu’on dit ‘’marga marga’’ on sait qu’on parle des épices. Ainsi, après ce produit phare, elle a mis un notre produit sur le marché, qui est l’arôme naturel ‘’Dandano’’ pour aider les femmes à aromatiser leurs plats sans aucune inquiétude à partir des produits locaux. Ensuite, l’épice ‘’Mafé’ qui a aussi  gagné la confiance de la population.

Très peu sont ceux qui ne connaissent pas ces produits qui sont aujourd’hui disponibles dans beaucoup de supermarchés, magasins et boutiques de la place dont les deux sont déjà certifiés avec l’appui de l’Initiative 3N et de l’Agence Nigérienne de Normalisation, de Métrologie et de Certification (ANMC). C’est une aventure incroyable « j’ai commencé cette activité de façon traditionnelle parce qu’on pile les épices à la main, on tamise et on met dans le sachet. Un beau jour, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis rendue dans un super marché de la place. J’ai trouvé le propriétaire que je ne connais pas d’ailleurs pour lui proposer mon premier produit ‘’Marga marga’’. Le monsieur m’a regardé d’un air bizarre et m’a dit ceci, c’est ces sachets-là tu veux que j’expose dans mon magasin ? Ça ne m’a pas découragée. Au contraire, ça m’a même poussée à aller de l’avant car, j’ai pu améliorer mon emballage et retourné voir le même monsieur. J’avais tellement insisté qu’il m’a demandé de déposer quelques sachets. Une semaine après, il m’a demandé d’en ajouter et c’est parti comme ça », nous-a-t-elle confié. La passion, le courage et la persévérance l’ont aidée à surmonter les obstacles. Aujourd’hui, Idée Féminine dispose d’un local, un moulin, un séchoir solaire, un tricycle pour la livraison, huit (8) employés permanents et plus de 20 temporaires et que ses produits sont disponibles dans presque tous les marchés de la capitale et sont connus dans certains pays de la sous-région et même en Europe et aux Etats-Unis, là où elle n’a pas encore mis pied. Elle a certes osé, et sa confiance en soi a fait qu’elle a imposé sa position de femme entrepreneure, car, sa détermination a porté ses fruits.

Quant à Mme Sidikou Malika, promotrice de l’entreprise Groupe Malayka, crée en mars 2018 et spécialisée dans la production et la transformation des feuilles de ‘’Moringa’’ en divers produits à savoir : la poudre, la tisane, le jus, les infusions à base de ‘’moringa’’ et le piment au ‘’moringa’’. En plus des produits à base de ‘’moringa’’, Mme Sidikou fait aussi des jus naturels à base d’autres fruits à savoir : le citron gingembre, tamarin, ananas, bissaps, papaille etc.  Elle vend également des feuilles fraiches de ‘’moringa’’ bien préparées prêtent pour la cuisson. Chercher à gagner son pain soi-même a toujours été le rêve de Malika, « Même en étant élève, je me rendais au marché pour acheter quelques articles tels que : les chaines, boucles d’oreilles, chaussures, des petites choses qui mettent les jeunes filles en valeur, j’augmente un peu de bénéfice pour revendre à mes camarades de classe ». C’est  seulement en 2018 qu’elle s’est lancée dans le domaine de la transformation avec la création du Groupe Malayka. Mme Sidikou nourrit ainsi l’idée d’apporter sa modeste contribution pour l’autonomisation de la femme, faire en sorte que les jeunes et les femmes puissent avoir un emploi qui va leur permettre de gagner dignement leur vie.

Tout début est certes difficile, Mme Sidikou Malika a connu des hauts et des bas, mais, sa détermination et son sens de conviction ont fait aujourd’hui d’elle une femme entrepreneure qualifiée dont l’un de ses produits à savoir l’infusion de ‘’moringa’’ a été certifié. « Au début, nous étions confrontés à un problème d’écoulement puisque nos produits n’étaient pas bien connus par la population, mais grâce aux foires et expositions qui sont fréquemment organisées par les entrepreneurs nigériens, la population à commencer à connaitre et même a apprécié nos produits ainsi que leur bienfait, car, c’est des produits sains qui sont sans danger », nous a-t-elle dit. Ces produits se vendent au niveau des Alimentations Générales et à son domicile. Ils sont aussi très prisés lors des cérémonies de réjouissance (baptême, mariage, et autres), car, bon nombre d’organisateurs font appel à Malika pour les jus ou du ‘’moringa’’ frais. Diplômée en master II en gestion de Projet et d’un BTS d’Etat en marketing, Mme Sidikou Malika a parallèlement suivi des formations sur la méthode HACCP en gestion entrepreneuriale à travers la Chambre de commerce ainsi que les techniques de transformation et de conservation des produits agro-alimentaires à travers l’INRAN. A ce jour, Mme Malika a six (6) employés permanents et quatre (4) temporaires, mais quand la commande est importante elle fait appel à plusieurs personnes notamment les jeunes et les femmes (25 voire 30).

Diplômée en gestion commerciale, Mme Sani Aminatou Cissé est elle, promotrice de l’entreprise Mina Innove. A travers sa marque B-Bio, elle a choisi de mettre en avant le social notamment l’accompagnement des mamans des enfants de 6 mois à plus, en mettant à leur disposition la bouillie infantile enrichie à base de céréales, riz, blé et d’autres produits nutritifs. Elle a raconté qu’elle a grandi avec une maman qui était aussi dans l’entreprenariat, elle l’observait dans tout ce qu’elle faisait et avec le temps elle a commencé à lui apporter sa modeste contribution. Petit à petit, Aminatou a manifesté son intention d’œuvrer dans l’entreprenariat et sa maman l’a accompagnée. « Elle m’a encadrée et à travers elle, j’ai su faire beaucoup de choses dans le domaine de la transformation agro-alimentaire. J’ai été formée par ma maman, elle m’a transmis la rigueur, la valeur du travail et la confiance en soi ».

Après avoir assimilé toutes les méthodes et techniques de transformation agro-alimentaire, Mme Aminatou a préféré voler de ses propres ailes en montant son propre commerce. Ainsi,  elle a commencé à faire du ‘’dégué’’ en sachet, la boule communément appelée ‘’Toukoudi’’ en sachet, le couscous du riz en sachet et la bouillie enfantine B-Bio. C’est ainsi qu’elle a commencé à se rendre dans les différents CSI pour  proposer aux femmes ses produits. Au fil du temps, les femmes ont bien aimé et se sont habituées à mes produits, surtout la bouillie pour enfant et elle a commencé à recevoir des appels venant de partout. « C’est vrai, j’avais commencé mon activité dans l’informelle en 2015, je fais mes choses à la maison et partir revendre, vue que ça a pris de l’ampleur j’ai décidé de me mettre à jour ». C’est ainsi, qu’en 2019, elle s’est rendue à la maison de l’entreprise pour faire tous ses papiers. Maintenant, Mme Aminatou met beaucoup plus l’accent sur son produit phare à savoir : la bouillie enfantine B-Bio qui est dotée de produits de hautes qualités nutritionnelles pour la prévention de la malnutrition. Cette bouillie est certifiée et presque connue de toutes les mamans. On trouve ce produit au niveau des points de vente un peu partout dans la capitale et au niveau de certaines pharmacies. «  Nous sommes en train de lutter pour faire comprendre aux parents les bienfaits des produits naturels, car ils sont sans danger pour les enfants ».

Mme Sani Aminatou Cissé a suivi beaucoup de formations dans le domaine de la transformation des produits agro-alimentaires. « Entreprendre, c’est difficile quand on sait que la consommation des produits locaux n’est pas très développée au Niger, mais si on s’y met avec détermination, ça finit toujours par payer. Avant de me lancer dans cette aventure, je travaillais dans une institution de la place, mais aujourd’hui je suis indépendante, car j’ai dû démissionner de mon poste pour pouvoir me consacrer à mes activités ». Elle a en outre appelé les femmes à ne pas se décourager, à se lancer dans des activités génératrices de revenus en vue d’être financièrement indépendante et apporter leur contribution dans le développement économique du pays et les Organismes Internationaux qui œuvrent pour le bien-être des enfants à venir tester son produit. Toutes ces femmes pratiquent leurs activités dans le respect strict des mesures d’hygiène.

Par Aïchatou Hamma Wakasso(onep)