Interpellation du ministre de l’Agriculture sur la campagne agricole 2022 à l’Assemblée nationale : Dr. Alambedji Abba Issa développe aux parlementaires les dispositions prises par le gouvernement

Société

Les travaux en séance plénière de la première session ordinaire au titre de l’année 2022 de l’Assemblée nationale se poursuivent à l’hémicycle Place de la Concertation. Au cours de la plénière d’hier, réservée au contrôle de l’action gouvernementale, les parlementaires ont interpellé le ministre de l’Agriculture, Dr. Alambedji Abba Issa relativement aux dispositions prises par le gouvernement en matière d’appui à la production pour la campagne agricole 2022, qui s’installe  progressivement. Le ministre de l’Agriculture est allé répondre aux questions posées par les députés Maman Rabiou Maïna et Sani Sanoussi. La séance plénière a été présidée par le président de l’Assemblée nationale, M. Seini Oumarou en présence du commissaire du gouvernement, M. Mahamadou Lawaly Dan Dano, ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions.

Les députés auteurs de l’interpellation ont posé au total, treize (13) questions pertinentes au commissaire du gouvernement sur les dispositions prises en matière d’appui à la production. Rappelant que la campagne agricole de 2021 n’a pas répondu aux attentes des producteurs sur tous les plans alors que le gouvernement s’est fixé comme objectif d’accroître les productions avec les moyens appropriés, les parlementaires ont cherché à savoir davantage sur la question de l’engrais, des semences, des équipements, les besoins globaux de la campagne agricole 2022.

En réponse aux préoccupations des parlementaires, le ministre de l’Agriculture a tout d’abord dit que, la sécurité alimentaire au Niger est fortement tributaire des cultures pluviales qui assurent plus de 96% de la production céréalière. Cette base alimentaire constituée par les cultures des céréales est particulièrement fragile à cause des effets de plus en plus néfastes du changement climatique sur les récoltes.

C’est ainsi que la campagne agricole pluviale 2021 s’est soldée par une production céréalière de 3.497.696 tonnes, soit une baisse de 37% par rapport à l’année 2020 et 39% par rapport à la moyenne des productions des 5 dernières années. Cette piètre performance est liée à une pluviométrie mal répartie dans le temps et l’espace. Selon Dr. Alambedji Abba Issa, la production disponible à la consommation de toutes les céréales (mil, sorgho, mais. fonio et riz) de la campagne 2021 a été établie à 2.946.231 tonnes et les besoins de consommation de la population de toutes ces céréales, estimés à 4.950.711 tonnes. Le bilan céréalier qui en a résulté s’est soldé par un important déficit de 2.004.480 tonnes, soit environ 40% des besoins de la population. Ainsi, à l’issue de la campagne précédente, au total 6.430 villages avec une population de 8.762 358 habitants, ont produit moins de 50% de leurs besoins céréaliers annuels.

Face à ce déficit céréalier important, «le gouvernement a élaboré et mis en œuvre un plan d’urgence s’étalant jusqu’au 15 mars 2022, faisant partie intégrante du plan de soutien annuel 2021/2022. Dans le cadre du plan d’urgence 11,4 milliards furent alloués à la production agricole irriguée. Ce plan a été exécuté à un niveau d’environ 64%. De même, il était prévu 8,3 milliards de F CFA de semences et de pesticides dans le plan de soutien. Il a été réalisé 12,3 milliards de ces intrants, soit 148% des prévisions. En prenant en compte les activités imprévues sur les cultures irriguées, les réalisations s’élèveront à 25,5 milliards, soit 305% des prévisions initiales», a expliqué le ministre de l’Agriculture.

Dr. Alambedji Abba Issa devait ensuite annoncer que, pour la campagne agricole pluviale 2022 qui est en train de s’installer, le gouvernement a fourni des efforts encore plus importants pour permettre à la population rurale de tirer meilleure partie de la saison pluviale à venir. En effet, a-t-il poursuivi, l’objectif du programme de cultures pluviales 2022 est de porter les productions céréalières sous pluie (mil, sorgho, riz, mais et fonio) de 3,4 millions de tonnes on 2021 à 6,3 millions de tonnes en 2022, soit une augmentation de la production de 85% par rapport à 2021. En ce qui concerne les cultures de rente, il est visé une croissance de 30% par rapport à 2021, portant la production à 3.332.830 tonnes. «Le montant de fonds alloués à ce programme s’élève à 20.786.043.155 F CFA contre 11.620.391.000 F CFA en 2021, soit une augmentation de 79%. Ce montant est totalement acquis dont 15.824.619.177 F CFA, soit 76 %, couvert par le Budget National», a annoncé le ministre de l’Agriculture.

Dr. Alambedji Abba Issa a donné des explications détaillées sur l’approvisionnement d’engrais au Niger. Après toutes les péripéties a-t-il indiqué, un fonds commun des engrais (FCE) permettant une bonne gestion des fonds alloués par l’Etat et ses partenaires a été créé. L’objet de ce fonds est de définir un mécanisme permettant de centraliser et d’assurer la gestion de l’ensemble des contributions financières de l’Etat et des bailleurs de fonds destinés au secteur des engrais. «Durant la campagne 2022, mon département mettra en œuvre ce système dans le cadre de la subvention des engrais qui seront mis à la disposition des ménages vulnérables», a assuré le ministre de l’Agriculture.

En ce qui concerne les semences, elles sont disponibles en variétés améliorées auprès de producteurs semenciers et consignées dans l’annuaire 2022 de disponibilité de semences produites en 2021 et le report de 2020. Il ressort de cet annuaire une production de 7676,90 tonnes de semences en 2021 et un report de 3244, 90 tonnes produites en 2020. En 2022 la disponibilité totale en semences de variétés améliorées toutes catégories confondues (production 2021 et reports de 2020) est ainsi de 10 921,81 tonnes. «Pour la campagne agricole pluviale 2022, les quantités de semences de variétés améliorées disponibles dans le pays, se chiffrent à 10 921,81 tonnes. Les semences de variétés améliorées, tout comme les engrais, sont destinées aux producteurs déclarés très vulnérables des communes bénéficiaires du plan de soutien. Ces bénéficiaires sont dans des villages agricoles déclarés déficitaires à plus de 50% à l’évaluation des résultats de la campagne agricole pluviale 2021. La distribution des semences se fait au niveau des communes sur la base d’une quantité de 15 kg/ménage, composée de 10kg de céréales et 5kg de légumineuses», a-t-il expliqué.

Enfin le ministre de l’Agriculture a indiqué que le gouvernement a élaboré depuis 2020 une Stratégie et le Plan National d’Adaptation face aux Changements Climatiques dans le secteur Agricole SPN2A 2020-2035. Ce dispositif a pour finalité un développement agricole durable et intelligent face au climat, assurant la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations nigériennes dans un contexte de changements climatiques.

Seini Seydou Zakaria(onep)