Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose : La drépanocytose, une maladie génétique mal connue

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La 12ème Edition de la Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose a été célébrée le samedi 19 juin dernier. A cette occasion le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, Dr Idi Illiassou Maïnassara a livré un message sur les conséquences de cette maladie génétique, sur sa méconnaissance ainsi que sur sa portée.  Le thème retenu cette année est « la drépanocytose : je veux la connaitre ».

«Ce thème est très pertinent car, malgré les progrès apportés par le dépistage de la maladie à la naissance et une meilleure compréhension de la maladie, la drépanocytose demeure une maladie grave, invalidante et mortelle, réduisant considérablement l’espérance de vie des personnes qui en sont atteintes. Les malades atteints de drépanocytose, ont régulièrement à justifier la sévérité de leurs symptômes que ce soit dans la vie de tous les jours ou en milieu hospitalier », a d’entrée de jeu déclaré le ministre Maïnassara. En plus, selon lui, le nombre de malades ne fait qu’augmenter chaque année et la drépanocytose est une maladie qui donne lieu à une souffrance physique et psychologique. « La drépanocytose est la première maladie génétique mondiale, atteignant environ 50 millions de personnes. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chaque année 300 000 enfants naissent avec une anomalie majeure de l’hémoglobine et l’on recense plus de 200 000 cas en Afrique. Pour le continent africain, l’OMS indique une prévalence de 13%. Le Niger fait partie des pays où la drépanocytose constitue un problème majeur de santé publique du fait de sa prévalence élevée, estimée à 23,2% », a-t-il souligné. « Je puis vous assurer qu’au Niger, la drépanocytose ne sera plus cette maladie ‘‘orpheline’’ qui fait de millions de malades car, le Centre National de Référence de la Drépanocytose (CNRD) offre à ces derniers des facilités d’accès aux soins », a indiqué l’intervenant. Déclinant les missions dudit centre, le ministre a rappelé que le CNRD a  pour missions entre autres : la prise en charge médicale, psychologique et sociale des sujets drépanocytaires ; la formation des professionnels de santé à la prise en charge spécifique de la drépanocytose selon les normes validées ; la prévention par la sensibilisation, le dépistage et le conseil génétique ; la promotion de la recherche médicale sur la drépanocytose et le développement du partenariat scientifique et médical dans le domaine de la lutte contre la drépanocytose. « Les médecins ont été formés dans toutes les régions pour assurer la prise en charge », a assuré Dr Maïnassara.

A l’occasion de cette célébration, il a été organisé une journée de consultation gratuite au profit des malades, le 19 juin 2021, de 8H à 18H au CNRD, sis au quartier Terminus à Niamey, non loin du rond-point du Grand hôtel. Tout en rendant un hommage mérité et en remerciant toutes les personnes qui œuvrent inlassablement pour une meilleure prise en charge des malades drépanocytaires, le ministre Idi Illiassou Maïnassara a remercié tous les Partenaires qui sont engagés aux côtés du Niger pour gagner le combat contre ce fléau sanitaire qu’est la drépanocytose.

Mahamadou Diallo(onep)