Ouverture de la session ordinaire du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Six points sont inscrits à l’ordre du jour de la session

Société

Le président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr Kabir Sani a présidé hier dans la matinée, l’ouverture de la session ordinaire de ladite institution au titre du mois de novembre 2021. Six points sont inscrits à l’ordre du jour de cette rencontre, à savoir : l’examen et l’adoption du Procès-Verbal de la session du mois d’octobre 2021 ; Information sur le Conseil Supérieur de la Communication ; Point sur l’état d’avancement de l’organisation du colloque international sur les 30 ans de régulation des medias ; examen et adoption des rapports des missions de contrôle de conformité  technique des medias ; examen et adoption des rapports des commissions d’instructions et question diverses.

A l’entame de son allocution le président du CSC a d’abord souhaité une bonne fête à l’ensemble de la famille de la Presse Nigérienne. Dr Kabir Sani a aussi mis cette occasion à profit pour jeter un regard introspective sur l’état de la liberté de la presse dans notre pays. A cet effet, le président du CSC a souligné que depuis l’adoption en 2010 de l’Ordonnance portant régime de la Liberté de Presse au Niger, consacrant la dépénalisation de certains délits par voie de presse, des grands pas ont été faits dans le renforcement de la liberté de presse. Les professionnels de la presse travaillent depuis lors avec moins d’inquiétude et de pesanteurs et en toute indépendance. Cependant, a-t-il déploré, s’il faut se réjouir de cette grande avancée, il n’en demeure pas moins que certains journalistes, malheureusement abusent de cette liberté foulant au pied l’encadrement juridique de la liberté d’opinion et d’expression. Ces confrères, a affirmé Dr Kabir Sani, ne rendent pas service à la corporation et il faut dénoncer leurs dérives qui avilissent la noble et exaltante profession des journalistes.

Parlant des points inscrits à l’ordre du jour,  le président du CSC a insisté sur celui relatif à l’état d’avancement de l’organisation du colloque international sur les 30 ans de régulation des médias au Niger. Le Conseil Supérieur de la Communication a décidé selon son premier responsable, de commémorer les 30 ans de régulation des médias, à travers l’organisation à Niamey, d’un colloque international sur le thème : « Régulation des médias à l’ère du numérique : presse en ligne, réseau sociaux et diffusion par satellite ».

Ce colloque regroupera a-t-il fait savoir, environ 80 participants issus d’horizons sociaux professionnels différents, des chercheurs et de praticiens de la régulation des médias, des instances sœurs. L’objectif recherché est, a expliqué Dr Kabir Sani, de mener une réflexion approfondie avec des instances sœurs de régulation sur les défis auxquels font face les régulateurs des médias à l’ère du numérique et le choc avec les réseaux sociaux. Il s’agira également pour ces derniers  d’examiner au cours de cette session les travaux de différentes commissions mises en place à cet effet, sur l’état d’avancement de la préparation du colloque. Le président du CSC a par ailleurs exprimé ses remerciements au gouvernement pour toutes les facilités accordées dans le cadre de l’organisation de ce colloque, la direction du développement de la Coopération Suisse au Niger et à l’Union Européenne à travers l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) pour leur précieux appui financier à l’organisation de ce colloque. Outre l’état d’avancement de l’organisation du colloque, a-t-il ajouté, le Conseil examinera également les rapports des missions de contrôle de conformité technique des médias effectuées en début novembre sur toute l’étendue du territoire national et les rapports des commissions d’instructions du CSC.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep) et Assad Hamadou  (onep)