Réajustement du prix du gasoil : Le gouvernement envisage des mesures d’accompagnement afin de limiter les répercutions sur le marché national 

Société

Le ministre du Commerce, M. Alkache Alhada a présidé mardi 2 aout 2022, dans la salle des Banquets de la primature, une rencontre d’échanges, avec les organisations professionnelles des transporteurs, commerçants et industriels au sujet de la mesure ayant conduit à l’augmentation du prix du gasoil au Niger qui est passé de 538 FCFA à 668 FCFA depuis le 1er août 2022. Cette rencontre s’est déroulée en présence des ministres en charge du Pétrole, des Transports et des Finances. En effet, le gouvernement a tenu à expliquer aux acteurs économiques, y compris les associations de défense des droits des consommateurs, les raisons profondes de ce réajustement.

Selon le ministre Alkache Alhada, ce réajustement intervient suite à la pression du marché régional des hydrocarbures en lien avec la guerre en Europe. Il s’agit ainsi d’entrevoir, à travers le consensus, des mesures d’accompagnement en vue d’éviter des impacts sur le coût du transport et des marchandises.

Tirant la synthèse au terme de la rencontre, le ministre Alkache Alhada a noté que les acteurs ont «tous bien compris et accepté la hausse du prix du gasoil» et il leur en a exprimé la gratitude du gouvernement et son engagement à prendre des mesures d’accompagnement. «C’est une décision qui s’est imposée au gouvernement. Elle s’est imposée compte tenu de l’environnement économique qui exerce une forte pression sur nous. Le gouvernement a dû prendre cette mesure pour y faire face, puisqu’il est de sa responsabilité de prévenir et d’anticiper sur les risques dont principalement la pénurie du gasoil dans le pays», a déclaré le ministre du Commerce.

Cette raison fondamentale du risque de pénurie lié à la forte demande du gasoil nigérien relativement moins cher sur le marché régional n’impactera pas sur les produits essentiels. Le ministre Alkache Alhada a annoncé à cet effet la subvention sur le gaz domestique et l’électricité. «La dessus, il revenait au gouvernement de prendre les mesures afin de permettre que ces produits puissent continuer à être produits dans les meilleures conditions. Et la chaine de production des hydrocarbures participe largement au maintien du prix de l’électricité et du gaz, un prix qui permet à l’ensemble des Nigériens d’en bénéficier», précise le ministre du Commerce.

Les mesures d’accompagnement envisagées, à l’issue des échanges portent à priori sur la garantie de l’approvisionnement régulier en gasoil. D’ores et déjà, a assuré M. Alkache Alhada, l’Etat s’engage à en assurer. Les opérateurs économiques, en particulier, les transporteurs des personnes et des marchandises ont ensuite demandé à ce que le transport interne soit exercé principalement par les acteurs locaux. Ils attendent également des facilités pour le renouvellement de leurs parcs automobiles. «C’est là une question sur laquelle nous allons nous pencher. Et le ministre des Finances vient de donner un certain nombre d’éléments d’appréciation», a souligné le ministre du Commerce. Il y’a aussi la nécessité de contenir la spéculation notamment par rapport aux frontières. La dernière mesure d’accompagnement souhaitée, et pas de moindre, porte sur l’instauration d’un dialogue entre les acteurs afin d’éviter les répercutions du réajustement du prix du gasoil sur le coût du transport qui pourrait avoir une incidence sur les prix des produits de première nécessité et sur le transport-voyageur. «Ces différents éléments vont être examinés», assure le ministre du Commerce M. Alkache Alhada qui a salué au passage le «nationalisme» des acteurs économiques vis-à-vis des intérêts du pays.

Ismaël Chékaré(onep)