Un accident fait 2 morts lors du démantèlement d’une mine de la COMINAK : Arrêt des activités des chantiers et ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances de l’accident

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le samedi 15 janvier 2022, en début d’après-midi, lors d’une opération sur le chantier de démantèlement de l’usine de la Compagnie Minière d’Akouta (COMINAK) à Arlit (Région d’Agadez), l’effondrement d’une structure a causé la mort de deux (2) personnes du groupement de sous-traitants AD/MIGAS et a fait 2 blessés (deux), selon le journal Aïr Infos, information confirmée par un Communiqué de presse de la Direction générale de ladite Société .

La chute d’une grue serait à la base du tragique accident, rapporte le journal, qui précise également qu’un expatrié répondant au nom de Antonio Simao et un nigérien nommé Salim Moctar Sabo ont perdu la vie. Selon les mêmes sources, l’un des employés est décédé sur le coup et le second évacué à l’hôpital a succombé à ses blessures. Les employés blessés ont été admis à l’hôpital de la localité, pour des soins. Leur pronostic vital n’est pas engagé, précise le communiqué. ‘‘Les équipes de secours sont rapidement intervenues pour la

désincarcération des personnes et la sécurisation de la zone. Toutes les activités des chantiers ont été mises à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre et une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l’accident’’, peut-on lire dans le document.

La source ajoute qu’une cellule psychologique a été mise en place pour soutenir l’ensemble des équipes. Réagissant à cet accident, le Directeur Général de la COMINAK, M. Mahaman Sani Abdoulaye, a indiqué: «Nous déplorons cet évènement tragique et présentons nos condoléances les plus émues aux familles des victimes ainsi qu’à l’ensemble des sous-traitants et salariés de COMINAK. Ce drame nous rappelle à quel point la sécurité de nos salariés et des intervenants est et doit rester la priorité».

Rappelons que, la COMINAK est une filiale nigérienne du groupe français Orano, anciennement Areva, qui exploite, depuis plus de 40 ans, l’uranium dans la région. Selon la compagnie, la mine d’Akouta doit fermer car elle a épuisé ses ressources. Elle laisse 600 salariés sans emploi et un impact environnemental important. La COMINAK exploitait des gisements d’uranium dans la zone d’Arlit, après l’épuisement de l’uranate, le Conseil d’Administration de la COMINAK avait voté en octobre 2019, l’arrêt de production des gisements d’Akouta, Akola et Ebba, pour le 31 mars 2021.

Mahamadou Diallo(Onep)