Un match équilibré et quelques couacs dans l’arbitrage et la mobilisation

Sport

Cette finale a opposé les meilleurs clubs de la saison, un AS Douanes tout en blanc et un USGN en jaune et bleu, respectivement 2ème et 3ème de la Super Ligue Nationale de Football, saison 2021-2022.

Les 45 premières minutes des jeux ont été relativement équilibrées. Pendant ce temps le public a assisté à deux attitudes. Certainement chacune des équipes était dans le respect des consignes de son encadrement technique. D’un côté l’AS Douanes dont l’option est claire, ouvrir le score le premier et de l’autre côté les joueurs de l’USGN moins offensifs, laissant plus le ballon à leurs adversaires. Après ce temps d’observation à la fin du temps règlementaire de cette première période, les joueurs de l’USGN ont accéléré sur l’attaque et réussi à marquer le but de l’ouverture du score dans le temps additionnel de cette période qui est d’une minute.

Du retour de la pause, les deux entraineurs ont procédé chacun à des changements. Ainsi, à la 60ème minute du jeu l’entraineur de l’AS Douanes fait entrer deux attaquants Issa Mossi dit Chinois et Kader Wonkoye.  L’entrée en jeu de ces deux joueurs a complètement inversé la tendance en faveur des Douaniers. Les deux joueurs ont réussi à accentuer la pression sur la défense de l’USGN qui a fini par concéder un penalty transformé par Chinois à la 75ème minute de jeu. Après cette égalisation, les deux équipes se remobilisent chacune pour arracher la victoire. Ainsi jusqu’à la fin du temps règlementaire aucune équipe n’a réussi à marquer le but de la victoire. Un (1) but partout. C’est aux tirs au but que les deux équipes se sont départagées avec 4 tirs réussis pour l’AS Douanes et 3 pour l’USGN. Avec cette victoire, l’AS Douanes remporte ainsi sa deuxième coupe nationale de l’histoire au Niger après celle de 2016, ce qui lui ouvre la voie à une participation à la Coupe de la Confédération Africaine de Football.

La finale s’est très bien déroulée à la grande satisfaction de tous. Mais il est à déplorer deux faits marquants, l’arbitrage et la mobilisation du public. Pour le premier fait, le public a déploré plusieurs erreurs d’arbitrage, notamment sur ce but d’ouverture de score de l’USGN où plusieurs observateurs et fans de football ont estimé qu’il y’a eu un hors-jeu. Aussi, sur ce penalty accordé à l’AS Douanes dont le sifflet est intervenu complètement après que le gardien de la gendarmerie ait réussi à sortir le ballon. Enfin, sur cette action à la 85ème minute où le dernier défenseur de l’AS Douanes a accroché l’attaquant de l’USGN et que l’arbitre a estimé qu’il n’y avait rien. Sans compter plusieurs autres erreurs dont des incompréhensions entre l’arbitre central et son 2ème assistant.

Pour le deuxième fait, c’est l’absence massive du public au stade, pourtant, l’accès surtout pour les gradins a été déclaré libre et gratuit. Dans un stade de 35.000 places assises pour une finale de football en présence du Président de la République, on s’est retrouvé avec moins de 20.000 personnes. Ainsi, les organisateurs doivent à ce niveau travailler prochainement sur la mobilisation du public. Aussi, de leur côté les jeunes doivent prendre conscience de l’importance que les autorités leur accordent pour leur propre épanouissement et divertissement.

Ali Maman(onep)