Visite de l’Ambassadrice de la Grande Bretagne au Niger à l’Office Nationale d’Edition et de Presse (ONEP) : «Je suis une lectrice assidue du quotidien ‘‘Le Sahel’’ et de l’hebdomadaire ‘‘Sahel Dimanche’’, a déclaré Mme Catherine Inglehearn

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Hier mercredi 30 juin 2021, dans la matinée, l’ambassadrice de la Grande Bretagne au Niger, SE Mme Catherine Inglehearn a effectué une visite à l’Office National d’Edition et de Presse (ONEP). A son arrivée aux environs de 9 h 30 mn, elle a été accueillie par le Directeur Général, M. Zakari Alzouma Coulibaly, accompagné des responsables administratifs et ses conseillers. Après avoir visité le service Photos et la Documentation, Mme Catherine Inglehearn est allée à la rencontre des journalistes, au niveau de la salle de réunion de la Rédaction. Mme Inglehearn a eu des fructueux échanges entre les responsables sur les actions de la Grande Bretagne au Niger, le fonctionnement de l’office et surtout la nécessité de la numérisation des archives (photos et articles) dont certains datent de 1958. 

De cette présentation, il ressort que l’office a été créé en décembre 1989. L’ONEP, c’est donc plus de trente-deux (32) années de travail et d’abnégation d’un personnel dévoué pour offrir au public nigérien et d’ailleurs des informations de qualité à travers ‘‘Le Sahel’’ créé en 1974 et ‘‘Sahel Dimanche’’ en 1984. Deux publications, selon M. Coulibaly, héritières respectivement du ‘‘Temps du Niger’’ créé en 1958 et de ‘‘Sahel Hebdo’’ créé en 1975. L’ONEP dispose également d’une rédaction en ligne, pour être en phase avec l’évolution technologique, avec pour ambition de créer une chaine complète d’impression pour diversifier ses produits, étant entendu que l’office a aussi vocation à faire de l’édition. «En plus des 5.000 exemplaires du journal ‘‘Le Sahel’’, produits quotidiennement, l’ONEP édite chaque semaine le même nombre d’exemplaires du ‘‘Sahel Dimanche’’, sans compter les numéros spéciaux édités selon les circonstances. Notre service possède aussi des centres régionaux dans les huit régions du pays», a souligné le D.G de l’ONEP.

Selon M. Coulibaly, les journaux édités par l’ONEP donnent non seulement des informations officielles mais sont aussi les journaux nigériens les plus lus, tant au Niger qu’à l’étranger. Il ajouté que grâce à son immense mine d’archives, l’ONEP constitue actuellement la mémoire du Niger qu’il faut absolument préserver. «En effet, l’un des défis que l’ONEP essaye de relever, depuis plusieurs années, est celui relatif à la numérisation des archives (photos et articles) datant, pour certains, de 1958», a indiqué M. Coulibaly.

Mme Catherine Inglehearn, qui s’est décrite elle-même comme une lectrice assidue du quotidien ‘‘Le Sahel’’ et de l’hebdomadaire ‘‘Sahel Dimanche’’, a suivi avec beaucoup d’intérêt le point à elle fait par le 1er responsable de l’office. La diplomate britannique s’est dite honorée et ravie d’être reçue par le directoire et a ajouté qu’elle est venue voir comment les agents travaillent et les féliciter pour la qualité du travail quotidiennement abattu pour informer le public sur tout ce qui se passe tant dans la capitale que dans les régions. «Grâce à votre travail, on découvre le Niger mais aussi ce qui se passe à travers le territoire national», a-t-elle affirmé. Mme Inglehearn a aussi évoqué d’autres aspects relatifs aux activités de coopération qu’effectue son pays au Niger. «Nous intervenons dans plusieurs secteurs dont l’éducation, la migration, l’autonomisation de la femme, la formation sur le plan sécuritaire, l’attribution des bourses pour le niveau Master», a précisé la diplomate.

Mme Catherine Inglehearn a aussi échangé sur la question du Brexit qui, selon elle a relativement divisé son pays. Elle s’est réjouie de l’acceptation par le Président Mohamed Bazoum de prendre part à une rencontre internationale sur le changement climatique, qui aura lieu bientôt à Londres, tout en souhaitant que le Niger participe activement à un sommet sur l’éducation, prévu se tenir dans quelques semaines à Glasgow. Livrant ses impressions après cette visite, la diplomate britannique a expliqué que sa visite est d’une utilité professionnelle et d’un plaisir personnel. Cette visite a été très instructive pour elle. «J’avais hâte de rencontrer le personnel de votre office, de voir votre façon de travailler, votre procédé, vos challenges et vos difficultés éventuelles. J’ai aussi vu des archives très importantes qui représentent en quelque sorte une partie de la mémoire du Niger. Nous allons voir comment prendre en considération la question de la numérisation de ces importants documents historiques», a affirmé la diplomate britannique.

Mme Catherine Inglehearn, a eu droit à des cadeaux d’objets artisanaux nationaux de la part de la Direction générale de l’ONEP. Une photo de famille a bouclé cette visite.

Mahamadou Diallo(onep)