Visite de travail du Chef de l’État à Agadez : Le Président Mohamed Bazoum préside le Forum sur la paix, la sécurité et la cohésion sociale

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’État,  M. Mohamed Bazoum, a entamé, hier matin, une visite de travail à Agadez, où il a présidé le Forum sur la paix, la sécurité et la cohésion sociale. En effet, la région d’Agadez est aujourd’hui sous diverses menaces inquiétantes dont les trafics de drogue et d’armes. Depuis la chute du Guide libyen, le sud de la Libye n’est plus sous le contrôle d’une autorité légale, ce qui en fait une grande plateforme où se déploient des organisations criminelles transnationales qui couvrent le Soudan, le Tchad, la Libye et l’Égypte, le Mali et tout  l’espace sahélo saharien. Devant cette situation préoccupante, les autorités nigériennes ont jugé de l’utilité de l’organisation de ce forum, traduisant ainsi la volonté du Chef de l’État visant à créer un cadre d’échanges entre tous les responsables et les leaders de l’Aïr,  de l’Azawak, du Kawar et du Manga en vue de trouver les voies et moyens d’endiguer toutes les menaces qui minent la paix et la quiétude sociale dans cette vaste partie du territoire national.

Pour le Président de la république, c’est la meilleure façon de faire les choses. «Nous sommes convaincus que vous connaissez bien ces menaces, les acteurs de cette insécurité qui prend de l’ampleur, de cette violence qui commence à nous inquiéter sous une forme différente qui n’est pas du tout terroriste», a dit le Président Mohamed Bazoum à l’adresse de l’aéropage de participants. Le Chef de l’État a expliqué que ce sont des formes de violences qui sont inquiétantes parce qu’elles perturbent la quiétude. Aussi, a-t-il poursuivi, elles ont à certains égards un effet similaire à celui du  terrorisme, car elles empêchent l’essor économique de la région et perturbent les activités économiques. Or, a-t-il relevé, « nous ne devons pas accepter  que nous stagnions, que le potentiel économique de la région d’Agadez ne soit pas valorisé ».

Parlant des potentiels en ressources naturelles dont regorge cette partie  du pays, le Chef de l’État a rappelé que la région d’Agadez dispose de l’uranium qui attire les compagnies et que, bientôt, il y aura, l’implantation d’une Société ayant les capacités de produire de l’uranium plus que la COMINAK qui a arrêté l’exploitation. Il a encore annoncé qu’il y a également un potentiel minier encore plus important que l’on n’imagine pas, de même qu’un potentiel touristique et aussi un potentiel dans l’agriculture. «Avec l’énergie solaire et les grandes quantités d’eau que nous avons dans l’Irazer, nous sommes en état de pouvoir mettre en valeur cet espace », a-t-il ajouté. Mais tout cela a besoin de sécurité, a reconnu le Président de la République. Pour ce faire, « nous devons réfléchir pour que nous garantissions ces conditions de sécurité en dépit de l’environnement international défavorable notamment du fait de la situation en Lybie. C’est totalement à notre portée. C’est parce que j’ai cette conviction que nous avons eu cette idée, de nous retrouver dans le cadre de  ce forum pour réfléchir ensemble », a expliqué davantage le Chef de l’État.

Vibrant hommage du Président de la République aux populations d’Agadez pour leur engagement en faveur de la paix

Évoquant la situation sécuritaire du pays, le Chef de l’État a souligné que le Nord est devenu paisible. «La géographie de la menace et sa cartographie ont totalement changé. Le Nord est devenu paisible. Mais c’est à votre honneur tout simplement. Derrière cela, il y a une volonté, un comportement, une morale et une éthique », s’est réjoui le Président de la République. Il a de ce fait rendu un hommage mérité aux populations d’Agadez.  Car, s’est félicité de constater le Chef de l’Etat, par ce temps de grandes difficultés, il est bon pour notre pays de savoir que nous avons ‘’des populations qui nous épargnent de devoir mobiliser de troupes nombreuses et  équipées pour assurer la sécurité de cet espace, c’est tout simplement un bonheur’’.

« Ce qui se passe, c’est que nous prélevons des effectifs à Agadez pour les déployer ailleurs. C’est totalement paradoxal quand on sait que cet espace est un espace où s’est développée la criminalité transnationale dont l’ampleur est totalement inédite du fait de la situation en Lybie. Vous le savez mieux que moi, vous qui êtes frontaliers avec la Lybie », a-t-il déclaré. Le Sahel a été déstabilisé suite aux évènements qui se sont passés en Libye en 2011.  Mais le Niger n’a pas été le pays le plus impacté par cette déstabilisation. «Si le Niger a tenu bon, c’est parce que, vous ici à Agadez, vous avez tenu bon. Et l’onde des chocs a été amortie par votre volonté et votre engagement de faire en sorte que notre pays ne cède pas. Et c’est ainsi que notre pays n’a pas cédé », a dit le Chef de l’État.

Au terme de son intervention, le Président de la République a fondé l’espoir qu’au sortir de cette grande rencontre, à travers les conclusions qui seront retenues, la situation puisse être totalement changée et que le contexte soit favorable à l’épanouissement de la région, plutôt que de laisser les choses être perturbées par des facteurs et des  acteurs sur lesquels il y a  des capacités de prise réelles.

Dans leurs interventions, les autorités administratives de la région se sont félicitées des efforts consentis par l’État pour maintenir la région en paix et la tenue d’une telle rencontre d’envergure. Aussi, ont-elles invité les acteurs à se mobiliser pour soutenir la volonté politique du Président de la République en faveur de la paix et de la stabilité dans la région.  

Les acteurs invités à soutenir cette volonté politique du Président de la République en faveur de la paix et de la stabilité

Ainsi, le président du conseil régional d’Agadez, M.  Mohamed Anacko, a indiqué que la région d’Agadez s’identifie par son originalité en matière de prévention de conflits à travers ses outils de dialogue, et de concertation pour la consolidation de la paix qui sont de véritables infrastructures de la paix et de la cohésion sociale. « Si la situation sécuritaire dans la région semble être maitrisée, c’est grâce aux efforts déployés par l’État et la compréhension des populations, des leaders d’opinions  qui se sont mobilisés contre le phénomène d’extrémisme par l’organisation des fora communautaires, des sensibilisations et de promotion de culture de la paix et l’appui aux actions de développement», a déclaré M. Mohamed Anacko. C’est une situation qui doit être maintenue encore plus longtemps, afin de créer des conditions indispensables à l’épanouissement social et économique des communautés durement éprouvées par l’insécurité, les chocs de changement climatique et le poids de la migration, a-t-il souligné. De ce fait, au cours de ce forum, un focus sera mis sur les ambassadeurs de la paix pour leur bienveillance et leur générosité dans la recherche de la consolidation de la paix, a dit M. Anacko. Mieux, a-t-il expliqué en organisant ce forum, la région d’Agadez ambitionne d’identifier  de nouveaux défis sécuritaires et de se projeter vers l’avenir. « Nous devons tous nous inscrire dans la logique du Président de la République, en comptant sur l’État pour assurer notre sécurité », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le Gouverneur de la région d’Agadez, M. Magagi Maman Dada, a précisé que l’environnement de la région d’Agadez  est caractérisé par une multitude de foyers de tensions. Certains à connotation religieuse et d’autres pour des besoins  d’activités illicites. «Vous avez pendant cette rencontre, en toute liberté et responsabilité, en présence du Chef de l’État, et en personnes averties de la situation  à vous pencher sur toutes les questions ayant trait au thème, et sans tabou, afin de faire l’état des lieux, identifier, analyser et proposer des pistes de solutions en guise de recommandations », a dit M. Magagi Maman Dada.

La région d’Agadez attend beaucoup de cette rencontre et attache du prix aux conclusions qui en seront issues, a-t-il souligné tout en appelant les acteurs à mettre en avant l’intérêt général, ‘’car la situation l’exige et la qualité  des résultats attendus le recommande aussi’’.

Par Oumar Issoufou(onep), envoyé spécial