2ème Session ordinaire du Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA), au titre de l’année 2021 : Présentation et examen du niveau de mise en œuvre des recommandations de la 1ère session

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Premier ministre, Chef du gouvernement et président du Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA), Ouhoumoudou Mahamadou, a présidé, le vendredi 12 novembre dernier, les travaux de la 2ème Session ordinaire du CNRA, au titre de l’année 2021. La présentation du CNRA et l’examen du niveau de mise en œuvre des recommandations de la 1ère session, étaient à l’ordre du jour de cette session. Devant les membres du gouvernement et ceux du CNRA, la Secrétaire Permanente dudit conseil a présenté le CNRA et ses organes, son bilan moral ainsi que l’état de mise en œuvre des recommandations issues de sa 1ère session, tenue en mars 2021. Des échanges fructueux, des recommandations et des propositions d’amélioration de stratégies et de financement ont été formulées par les participants. 

La Secrétaire Permanente du CNRA a, d’entrée de jeu, présenté le Conseil qui a pour mission d’assister le gouvernement dans l’élaboration de la politique nationale de la recherche agronomique (stratégie, financement) et dans le suivi de sa mise en œuvre. Dr Habsatou Amirou a ensuite décliné les programmes opérationnels prioritaires de recherche centrés sur cinq (5) axes, à savoir : l’accès et la sécurisation du capital productif ; la croissance, la diversification et la résilience des systèmes de productions agricoles ; la transformation et le marché des produits agricoles ; l’alimentation et la nutrition et enfin le renforcement de la gouvernance de la recherche.

Les travaux se sont poursuivis avec la présentation du plan triennal du CNRA 2021-2023. Au cours de cette 2ème session ordinaire du CNRA, les membres de cette instance décisionnelle ont engagé des échanges ayant permis d’aboutir à des résolutions. Selon la secrétaire permanente du CNRA, les résolutions qui ont été prises par la session sont relatives au financement de la recherche. Il a été suggéré de donner plus de moyens au CNRA pour mener à bien sa mission. Aussi, il a été recommandé au secrétariat permanent du CNRA d’établir deux (2) rapports afin de rendre plus visible son plan d’action. Il s’agit d’un rapport de recherche et d’un autre sur les activités du CNRA. Les membres du Conseil sont unanimes sur le fait que la recherche doit être financée. Une autre recommandation issue des travaux est de voir comment rendre effectif le fonctionnement du CNRA.

Par ailleurs, la session a formulé des recommandations ayant trait à la synergie entre les structures de recherche et la communication. Les intervenants ont demandé au CNRA de mettre beaucoup l’accent sur la communication parce que les recherches ont besoin être vulgarisées et d’être indexées dans des revue spécialisées pour plus de visibilité, de crédibilité et surtout de reconnaissance par les instances agrées. En outre, les conclusions auxquelles cette 2ème session ordinaire du CNRA a abouti permettront de corriger les insuffisances constatées dans la mise en œuvre des recommandations formulées en mars 2021, lors de la première session mais aussi pour que le CNRA joue réellement son rôle.

Dans son intervention, le président du CNRA, Ouhoumoudou Mahamadou s’est félicité du travail accompli par les membres dudit conseil non sans avoir posé quelques questions par rapport aux résultats obtenus et fait des remarques sur certains points. «Je veux aussi, au nom du gouvernement, vous remercier pour vos nombreuses et importantes contributions dans l’élaboration du rapport en étude et en matière de recherche et de développement de l’agriculture nationale», a-t-il indiqué. Selon S.E Ouhoumoudou Mahamadou, le gouvernement nigérien a fait de l’agriculture un vecteur de la sécurité alimentaire du pays. «Pour traduire cette volonté du Président de la République, SEM Mohamed Bazoum, en acte, le gouvernement s’est engagé à faire en sorte que le secteur de l’agriculture et de l’élevage continue à être un levier de développement», a souligné le Chef du gouvernement.

Par ailleurs, la création en 2007 du CNRA traduit, selon le Premier ministre la volonté du gouvernement de mieux s’impliquer dans le suivi des recherches agronomiques. «Ainsi, par cette réforme de notre recherche agricole, qui figure parmi les priorités définies dans le cadre du programme politique du Président de la République et de la Déclaration de Politique Générale, le gouvernement opte désormais pour l’émergence d’une recherche agronomique visible, avec des résultats qui ont des impacts positifs sur le secteur rural», a précisé Ouhoumoudou Mahamadou.

Mahamadou Diallo(onep)