Atelier régional de partage de bonnes pratiques de système d’information des finances locales : Un cadre d’échanges pour la réussite du processus de décentralisation dans les pays africains

Société

Du 28 au 30 septembre, se tiennent à Niamey, les travaux d’un atelier régional de partage de bonnes pratiques de système d’information des finances locales. Organisée par le Ministère de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, celui des Finances et la Coopération Allemande, cette rencontre regroupe, en plus des représentants de la Commission de l’UEMOA, ceux de l’Observatoire mondial des finances locales, des participants en visioconférence, ceux en provenance de Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Kenya, de Madagascar, du Mali, du Maroc, du Niger, de la Mauritanie, du Royaume du Maroc, du Sénégal et du Togo ainsi que des experts thématiques.

Il y a également eu la participation des responsables nationaux des administrations des finances, de la décentralisation, de municipalités, ainsi que beaucoup d’autres invités. Durant trois jours, les participants s’enrichiront mutuellement, de leurs bonnes pratiques nationales, non seulement en matière de système d’information de finances locales mais aussi, plus généralement, dans le domaine de la digitalisation des finances publiques locales.

A l’ouverture des travaux, le ministre de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, M. Maman Ibrahim Mahamane, a indiqué que,  le Niger a, dès son accession à l’indépendance, fait de la décentralisation, un principe cardinal sur lequel devait s’appuyer l’organisation de son territoire. «Enoncé déjà dans la constitution de la 1ère République, ce principe à toujours figuré, en bonne place, que l’Administration territoriale repose sur les principes de la décentralisation et de la déconcentration», a-t-il rappelé. Pour le ministre, si la décentralisation bénéficie d’un tel consensus intemporel aujourd’hui, largement partagé par l’ensemble des populations et des acteurs politiques nigériens, ce qu’elle est assurément perçue comme la meilleure réponse politique et institutionnelle aux questions et autres préoccupations, somme toute légitimes, liées à l’organisation de la gestion optimale et au développement du territoire.

«Au regard des exigences de l’Etat de droit et de la démocratie qui est celui du Niger, ainsi que de la nécessaire adaptation de l’environnement international, la décentralisation constitue aujourd’hui la voie la plus appropriée pour élargir et approfondir la démocratie, pour promouvoir le développement local et pour, en définitive, refonder les principes et règles de la bonnes gouvernance territoriale dans toutes ses dimensions», a-t-il précisé. Le ministre Maman Ibrahim Mahamane a ajouté que, cette quête légitime d’une gouvernance est une priorité pour les autorités nigérienne. C’est pourquoi, cet atelier trouve tout son fondement, en ce sens, que la régularité et la disponibilité des données et de l’information analysées sur les finances des collectivités territoriales constituent une condition essentielle à une bonne lisibilité des efforts réalisés par l’ensemble des acteurs de la décentralisation.

«Il s’agit aussi d’un intrant indispensable au dialogue entre les partenaires nationaux, à savoir; l’Etat les collectivités territoriales et leurs associations, ainsi que les partenaires techniques et financiers, pour apprécier les améliorations nécessaires au processus de décentralisation», a estimé le ministre en charge du Développement Communautaire. M. Maman Ibrahim Mahamane a, enfin, dit attendre de ces assises, des conclusions pertinentes et de qualité, pour permettre au processus de décentralisation d’aller de l’avant, dans l’intérêt des populations et des différents pays mais aussi d’avoir une vision claire et des orientations stratégiques des différents pays, en matière de système d’information de finances locales, ainsi que du mécanisme adéquat de mise en œuvre et de suivi-évaluation dudit processus.

Quant à l’ambassadeur d’Allemagne au Niger, S.E. Hermann Nicolai, il a d’abord noté les bonnes relations qui existent entre son pays et le Niger, depuis 1960. Le diplomate allemand a ensuite souligné et loué les efforts que déploient les autorités nigériennes, dans le cadre de la promotion de la décentralisation et la déconcentration, dans le cadre de la gestion et de la gouvernance du pays. Il a enfin rassuré que son pays continuera à appuyer le Niger dans son processus de décentralisation.

Mahamadou Diallo(onep)