Caravane de sensibilisation « Je suis la paix » de la réalisatrice cinéaste Leyhana Seyni Issa : Promouvoir la paix à travers le 7ème art

Société

La caravane de sensibilisation nationale  « je suis la paix », poursuit son  chemin à travers les différentes régions du Niger. Après Zinder et Dosso, elle sera l’hôte des populations de Tillabéri et de Tahoua en septembre prochain. Une initiative de la réalisatrice communicatrice Leyhana Seyni Issa. Elle a pour but de sensibiliser les jeunes de toutes les huit régions du Niger sur les méfaits de l’extrémisme violent au Niger. Il s’agit de projeter des films suivis de débats enrichissants sur la thématique entre jeunes.

Les participants pour la majorité,  une forte composante jeune, vont s’exprimer  à travers le 7ème  art  pour apporter leur pierre à l’édification de la paix au Niger. Le choix de la cible sur laquelle porte cette sensibilisation est loin d’être fortuit.  En effet, il n’est un secret pour personne que depuis l’expansion du terrorisme dans l’espace nigérien, ce sont les jeunes qui sont malheureusement utilisés pour déstabiliser notre Etat. C’est dire que les jeunes constituent la cible privilégiée des terroristes. C’est pourquoi, il leur appartient  de trouver des solutions idoines  à leurs problèmes. Les solutions ainsi recueillies  au cours des débats  seront soumises  aux parrains de la caravane ‘’je suis la paix’’  pour une meilleure prise en compte  dans les politiques  de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Niger.

Pour l’initiatrice, la paix est essentielle dans la vie en communauté. Elle est l’alpha et l’oméga de tout développement. ‘’ Sans la paix, pas de cohabitation ; pas de culture ; pas d’élevage ; pas d’école. Sans la paix, il n’y a pas de vie. Il est donc un devoir pour chacun et pour tous d’œuvrer pour le maintien de la paix, entre nous,  à tous les échelons de la société, car il y va de l’équilibre de la communauté et de l’avenir de l’humanité tout entière’’, explique la jeune réalisatrice avant de saluer les efforts déployés par les uns et les autres pour la réalisation de ce projet et surtout de remercier de vive voix les bonnes volontés qui ont contribué à sa réussite.

« Lors de la caravane, la projection de ces films seront sans nul doute un espace de dialogue entre les jeunes et  l’ensemble des parties prenantes en présence » a-t-elle déclaré.

Par ailleurs, il faut préciser qu’au regard de la pertinence du projet et dans un contexte où la paix se raréfie, un tel projet ne peut pas, ne pas avoir des soutiens. C’est ainsi que le projet bénéficie du soutien technique du ministère de la Culture et  de la Haute Autorité de la Consolidation de la Paix (HACP). Un film qui sera distillé dans la sous-région en collaboration avec les organisateurs du forum G 5 Sahel.

L’initiatrice  compte sur la sensibilisation des millions de jeunes  à apporter leur contribution dans la recherche  de la paix, de la sécurité et du renforcement de la cohésion sociale dans notre pays. Elle compte à son actif, diverses productions, où elle véhicule sans ambages des thèmes qui collent à l’actualité notamment la paix et la sécurité. « Ce sont là des maux qui nous préoccupent actuellement car le Niger et le Sahel vivent ces dernières années des problèmes d’insécurité. J’ai toujours été sensible à la question du sens des films, de leur portée qu’elle soit sociale, politique ou culturelle. Il faut savoir que faire des choix de film n’est pas facile surtout lorsqu’on veut parler des thématiques de ce genre » a-t-elle relevé.

Son rêve, c’est de revoir un Niger des années 1980 en termes de paix et de sécurité

Elle a, à son actif une trentaine de productions, ses films parlent de la paix, de la cohésion sociale. La jeune réalisatrice cinéaste salue au passage tous les acteurs qui œuvrent pour promouvoir la paix au Niger. Leyhana a eu la chance de rencontrer des bonnes personnes au bon moment. Ses premiers fans sont ses collaborateurs, amis, connaissances et les personnes qui acceptent volontairement de filmer ou d’être filmés.

« Nous remercions tout ce beau monde pour cette marque d’estime et de confiance à notre égard. Nous représentons notre pays au niveau des rencontres nationales et internationales. Notre pays dispose d’un riche patrimoine culturel, il faut juste savoir l’exploiter, le valoriser et surtout s’approprier de nos différentes cultures car chaque ethnie a ses propres traits distinctifs, ses propres valeurs et principes qu’il faut juste valoriser », a-t-elle dit.

Notons que notre artiste est promotrice d’une agence de communication dénommée « Zara Production ». Leyhana Seyni Issa est titulaire d’une licence en Réalisation production et un master en communication pour le développement obtenu à l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC). Elle a reçu des formations de renforcement de capacités à l’extérieur du pays : États-Unis, France, Burkina Faso et Sénégal. Elle figure aussi parmi ceux-là qui font parler de notre pays au-delà des frontières.

En marge des activités du FESPACO édition 2021, elle a remporté le premier prix, le prix du meilleur  jeune leader engagé en faveur de la paix  et de la sécurité en Afrique. C’était ‘’ lors du forum des jeunes du G5 Sahel  sur la paix et la sécurité ’’ tenu le 15 octobre 2021 au Burkina Faso.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)