Dosso /Droits de l’homme : Elaboration du plan national de mise en œuvre des recommandations issues de l’EPU

Société

Le ministère de la Justice, avec l’appui du Haut-Commissariat  des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH), organise depuis mardi dernier dans la cité de Zarmakoye, un atelier d’orientation et de cadrage en vue de l’élaboration du plan national de mise en œuvre des recommandations issues du passage du Niger au 3ème cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU). La cérémonie d’ouverture a été présidée par le président du Mécanisme National d’Elaboration des Rapports et de Suivi des recommandations des Organes des Traités et de l’EPU, M. Ousseini Djibagé Maman Sani, en présence du représentant par intérim du HCDH M.Delly Mawazo Seseté et de nombreux invités.

Les travaux permettront aux membres du Mécanisme National d’Elaboration des Rapports et de Suivi des recommandations des Organes des Traités et de l’examen Périodique Universel de passer en revue les recommandations reçues et surtout de réfléchir sur les actions à entreprendre pour leur mise en œuvre.  

Dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture des travaux le président du Mécanisme National d’Elaboration des Rapports et de Suivi des recommandations des Organes des Traités et de l’EPU, M. Ousseini Djibagé Maman Sani, a indiqué que du fait de son adhésion ou ratification aux principaux instruments juridiques internationaux et régionaux de promotion et de protection, l’Etat a l’obligation de prendre toutes les mesures en vue de rendre effectifs les droits qui y sont consacrés.

L’examen Périodique Universel objet de la présente réunion a souligné M. Ousseini Djibagé Maman Sani, est l’un des principaux instruments de contrôle mis à la disposition du Conseil des Droits de l’Homme instauré en 2006. Il constitue un  processus politique d’évaluation par les pairs qui passent en revue lors du cycle de quatre ans et demi, la situation des droits de l’homme de chaque Etat membre des Nations Unies. Cet exercice offre ainsi aux Etats l’opportunité de présenter une vue d’ensemble des mesures prises pour respecter et promouvoir les droits de l’homme sur leur territoire. Le Niger a passé son premier examen en 2011, le deuxième en 2016 et enfin le troisième en 2021. Aussi à l’issue de sa dernière présentation, sur les 254 recommandations qui lui ont été adressées, notre pays en a accepté 248 et noté 6.

Les recommandations acceptées a précisé le président du Mécanisme National d’Elaboration des Rapports et de Suivi des Recommandations des Organes des Traités et de l’EPU sont relatives au renforcement du cadre normatif et institutionnel des droits humains, à la promotion de la coopération avec les mécanismes des droits de l’homme, à la promotion des droits civils et politiques, à la lutte contre la traite des personnes, la torture et la discrimination, à la protection des droits de groupes spéciaux (femmes, enfants, personnes handicapées, migrants) et enfin à la réalisation des droits économiques, sociaux et culturels. En acceptant ces recommandations, le Niger s’est ainsi engagé à soumettre un rapport d’évaluation à mi-parcours en septembre 2023, a relevé M. Ousseini Djibagé Maman Sani 

Auparavant, le représentant par intérim du HCDH, M.Delly Mawazo Seseté, a loué l’exemplarité du partenariat entre le ministère de la Justice et le Haut-commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme. Conformément à son mandat, a-t-il souligné, le HCDH accompagne l’Etat du Niger à travers le ministère de la justice dans la préparation du rapport et le suivi des recommandations. De ce fait, il entend se tenir aux côtés de l’Etat du Niger pour la mise en œuvre effective  et harmonieuse de ces recommandations.

Par Mahamane Amadou ANP-ONEP /Dosso