Journée internationale de l’alphabétisation couplée à la semaine de l’adulte : Un appel à une coordination et une harmonisation des interventions pour dynamiser le secteur

Société

Le Niger, à l’instar de la communauté internationale, célèbre aujourd’hui 8 septembre 2022, la 56ème édition de la journée internationale de l’alphabétisation couplée à la semaine de l’adulte. A cette occasion, le ministre de l’Education Nationale, Pr. Ibrahim Natatou a livré un message dans lequel, il a dressé le bilan annuel des actions de la campagne d’alphabétisation et d’éducation non formelle de l’année 2020-2021. La 56ème édition de cette journée est placée sous le thème  «Transformer les espaces d’apprentissage d’alphabétisation». Il s’agit à travers ce thème d’informer et de sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur les réalités et l’importance de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle.

Dans le message qu’il a livré, le ministre de l’Education nationale a, de prime abord souligné, l’importance de l’alphabétisation. En effet, elle permet non seulement de former les populations surtout rurales mais aussi leur permet de contribuer efficacement aux efforts de redressement économique du pays. C’est pourquoi, le Ministère de  l‘Education nationale met en œuvre, plusieurs actions d’alphabétisation et d’éducation non formelle à travers le budget national et l’appui des partenaires techniques et financiers. L’objectif principal est d’améliorer le taux d’alphabétisation qui était de 31,1% au dernier recensement général de la population. Aussi, avec la réforme en cours et conformément à la feuille de route, il est envisagé l’enrôlement de 70.000 adultes et de 50.000 jeunes de 9 à 14 ans non scolarisés et déscolarisés par an jusqu’en 2026.

Parlant du bilan de la campagne d’alphabétisation et d’éducation non formelle de l’année 2020-2021, Pr. Ibrahim Natatou a fait savoir qu’en ce qui concerne l’alphabétisation des adultes, 1.212 centres d’alphabétisation ont été créés avec 47.501 apprenants inscrits (dont 35.771 femmes). On note que, 31.596 apprenants sont parvenus en fin de campagne (soit un taux de fréquentation de 66.38%). Et à l’issue des résultats de fin d’année, 22.445 sont déclarés alphabétisés soit un taux de réussite en alphabétisation de 71.03%.

S’agissant du volet non formel, 465 centres à passerelle ont été réalisés avec 10.394 apprenants inscrits. De ce nombre, 7.303 apprenants ont été transférés au formel (CE2 et classe de 6ème) à la fin de l’année, soit un transfert de 70,26%. Aussi, 412 autres centres d’éducation non formelle (CEA et CCEAJ) ont été réalisés avec 11.843 apprenants inscrits en début d’année. A la fin de l’année, 8.254 élèves ont été admis et transférés en classe de 6ème du collège d’enseignement général et à l’enseignement professionnel soit un taux de transfert de 69,69%.

Ces statistiques prouvent que beaucoup d’efforts sont consentis par l’Etat et ses partenaires. Cependant, le ministre de l’Education a notifié que, beaucoup reste à faire au regard du nombre important d’enfants hors école et du taux élevé d’analphabétisme qui est de 68,9% en 2021. En effet, ce sont environ 2.626.576 enfants et adolescents qui sont hors école et 7 adultes sur 10 qui ne savent ni lire, ni écrire et qui n’ont pas pu développer des compétences leur permettant d’agir efficacement dans le processus de développement socioéconomique.

Ainsi, pour dynamiser le secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle, le ministre de l’Education nationale estime qu’une coordination et une harmonisation de toutes les interventions s’imposent. Ainsi, a-t-il précisé, plusieurs textes réglementaires ont été adoptés par le Ministère de l’Education Nationale et pour lesquels, des dispositions seront désormais prises pour leur mise en application effective.

Rahila Tagou(onep)