Lancement de l’examen unique de certification en santé, session 2022 : 5.295 candidats en quête de leur parchemin

Société

Le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, M. Illiassou Idi Mainassara a procédé le jeudi 15 septembre 2022 dans les locaux du CEG11 de Niamey, au lancement officiel des épreuves théoriques entrant dans le cadre de l’examen unique de certification en santé, session 2022. Cette année, 5.295 candidats sont retenus pour affronter ces épreuves théoriques. Les admissibles passeront dans quelques jours les épreuves pratiques. Les filières de formation initiale en santé concernées sont ; Agent de Santé de Base, (BEPC+3 ans), Licence en Soins Infirmiers (BAC+3), Licence en Soins Obstétricaux (BAC+3), Licence en Biologie Médicale (BAC+3), Licence en Santé Environnementale (BAC+3), Technicien de Développement Social (Bac+3).

C’est aux environs de 8h du matin que, le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, M. Illiassou Idi Mainassara est arrivé sur le site choisi pour le lancement de cet examen. Le ministre en charge de la Santé a ensuite présenté aux candidats l’enveloppe scellée avant de l’ouvrir et procéder à la distribution de la première épreuve à 8h00. Le ministre de la Santé publique, de la Population et des Affaires Sociales a saisi cette même occasion pour prodiguer des sages conseils aux candidats en les invitant notamment à croire en leur propre capacité et d’avoir confiance en eux-mêmes.

Le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales a, au nom du gouvernement, salué le travail abattu par les membres de la commission indépendante de l’examen unique de certification en santé qui regroupe plusieurs institutions de l’Etat et Ministères dont ceux en charge de la Santé, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation professionnelle et la Promotion de la femme. S’ajoutent aussi les institutions comme la Haute Autorité à la Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), le Haut-Commissariat à la Modernisation de l’Etat (HCME) et les responsables des écoles.

M. Illiassou Idi Mainassara s’est réjoui de constater que depuis que, cet examen a été institué, il y a une dizaine d’années, chaque année l’on enregistre des résultats très satisfaisants. L’objectif recherché par les autorités, a-t-il dit, c’est d’avoir des cadres de santé compétents, capables d’assurer des services de soins de qualité à la population. Aussi, des agents de santé compétitifs à la fois sur le marché national et international.

Par ailleurs, le ministre de la Santé Publique a réitéré ses encouragements aux membres de la commission indépendante en charge de cet examen ainsi qu’aux membres des jurys pour le bon déroulement de ces épreuves.

Notons que ladite commission procède chaque année à la sélection des dossiers des candidatures dans le  but de retenir celles respectant les critères en vigueur. Ce qui voudrait dire que, beaucoup d’autres candidatures ne respectant pas la réglementation sont automatiquement rejetées. L’objectif de cette démarche, c’est de garantir la fiabilité de ces examens dans le but de protéger la santé des populations.

Mamane Abdoulaye(onep)