Lancement du concours direct d’entrée à l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger (EFJN) : 747 candidatures retenues pour 50 places de magistrats disponibles

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Il était 8h30 mn à Niamey, ce samedi 8 janvier 2022, quand le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Ikta Abdoulaye Mohamed donna, le coup d’envoi du concours d’entrée à l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger (EFJN). Ce sont quelque 747 candidats, en provenance de toutes les régions du pays, qui affronteront, durant 2 jours, 4 différentes épreuves dans l’espoir de décrocher l’une des 50 places disponibles pour suivre une formation de magistrat. Ainsi, les candidats ont d’abord débuté par les épreuves de procédure pénale, avec comme sujet ‘‘Les droits de la défense dans le procès pénal’’ et le Droit administratif. Le jour suivant, ils ont traité les épreuves relatives au Droit civil et à la Culture générale.

Avant de procéder à l’ouverture de l’enveloppe scellée contenant les premières épreuves, le ministre Ikta Abdoulaye Mohamed a attiré l’attention des candidats sur l’importance et la responsabilité du noble métier de magistrat, qu’ils ont choisi d’exercer et de leurs prodiguer des sages conseils. «Vous devez vous comporter comme des hommes de loi, qui respectent la loi pour pouvoir embrasser ce noble métier. Vous devez aussi vous départir de tout acte qui mettra en cause votre rêve d’être des honorables hommes et femmes de justice», a-t-il lancé à l’endroit des candidats. «Nous sommes venus aussi pour vous souhaiter bonne chance et que le meilleur gagne. Rassurez-vous, toutes les dispositions ont été prises pour que ce concours se déroule et pour qu’il soit transparent. Il n’y aura pas de fraude, il ne faut pas tricher. Toutes les portes de fraude et de tricherie sont verrouillées», a rassuré le ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Au niveau de l’annexe de l’Ecole Nationale de l’Administration et de la Magistrature, le ministre Ikta Abdoulaye Mohamed et sa délégation ont constaté la présence massive des candidats. Aussi, le contexte oblige, le ministre de la Justice a apprécié le respect des mesures préventives de lutte contre la propagation de la COVID-19, notamment le port des bavettes par les candidats et les surveillants dans toutes les salles.

Peu après ce lancement, le Garde des Sceaux a indiqué que l’objectif visé à travers ce recrutement est d’assurer le maillage du territoire national conformément à la politique judiciaire du gouvernement, qui a besoin au moins de 600 magistrats supplémentaires pour une projection d’un magistrat pour 20.000 habitants. Selon lui, l’EFJN forme à la fois des magistrats et autres agents de justice. Le ministre a aussi souligné que les avocats ont leur école de formation, avant d’annoncer que les notaires ont négocié avec l’Université de Niamey, pour ouvrir une filière en master notarial à vocation régionale. «Nous avons l’ambition que tous les corps de métier de justice soient formés dans l’école de formation judiciaire», a annoncé Ikta Abdoulaye Mohamed. Notons que, le Ministère de la Justice a déjà créé des juridictions au niveau de tous les départements (63) et communes (265) du Niger qu’il va falloir doter en juges. Depuis le démarrage de ses activités en 2016, l’EFJN a formé 114 magistrats sortis en trois promotions.

Mahamadou Diallo(onep)