Le Président de la République a participé, hier, aux obsèques officielles de Feu Sanoussi Tambary Jackou : Hommage national à l’infatiguable homme politique et à l’illustre compatriote

Société

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Mohamed Bazoum, a participé, hier matin à la Présidence de la République aux obsèques de Sanoussi Tambary Jackou, rappelé à Dieu à l’âge de 82 ans, le lundi 18 Juillet 2022, des suites de maladie à l’Hôpital Général de Référence de Niamey. C’est l’ancien Premier ministre, Dr Hamid Alghabid, qui a lu l’oraison funèbre.

Devant la famille éplorée, les proches et amis ainsi que les personnalités présentes, notamment le Chef de l’Etat, le Premier ministre, le 1er Vice-Président de l’Assemblée nationale, le Haut-représentant du Président de la République, les membres du gouvernement, les députés, les présidents des institutions, des ambassadeurs et représentants diplomatiques, Dr Hamid Alghabit, ami de longue date de Sanoussi, a rappelé quelques-unes des qualités de l’homme ainsi que ce qu’il a laissé comme héritage aux Nigériens, surtout à la jeune génération.

Peu après l’arrivée du Président de la République ainsi que d’autres personnalités puis l’installation de la dépouille devant l’assistance, Dr Hamid Alghabid s’est exprimé en ces termes : « Cher Sanoussi Tambary Jackou, les plus hautes personnalités du Niger, tes amis de la Conférence nationale, tes collègues enseignants chercheurs du supérieur, tes anciens étudiants, tes parents, amis et connaissances, sont tous là autour de toi pour manifester à toi, à ta famille et à la République, le respect, la sympathie, l’honorabilité et la reconnaissance qu’ils ont à ton égard », a-t-il déclaré.

Sur le plan cursus scolaire, Dr Hamid Alghabit a rappelé que Sanoussi a fréquenté l’école nomade et médersa de Mailafia de 1948 à 1954 où il obtient son Certificat d’études primaires et élémentaires, puis il fréquenta le collège classique et moderne de Niamey de 1954 à 1959, le Lycée de Cocody de 1959 à 1961 et obtient son BAC C en Juin 1961. Comme études supérieures, Sanoussi a fréquenté la Faculté des Sciences économiques à Dijon en France, la faculté de droit et des sciences économiques à Tunis en Tunisie et la faculté de droit et des sciences économiques à Paris.

S’agissant des diplômes obtenus, l’ancien Premier ministre a cité entre autres la maitrise en Economie et Diplôme d’Etudes Supérieures (DES) en Economie, le Diplôme de 3ème Cycle en Sciences Economiques et Sociales à l’Institut d’Etudes pour le Développement Economique et Social de l’Université de Paris et le Certificat Spécial de 3ème Cycle de Droit et d’Economie d’Afrique de l’Institut Africaniste de Paris.

Relativement aux activités professionnelles, Dr Hamid Alghabid a noté que Sanoussi a été fonctionnaire au Ministère du Plan à Niamey, Enseignant à la Faculté d’Agronomie de Niamey, Enseignant à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques à Niamey et Secrétaire général de la Commission mixte Niger-Nigéria en 1975-1976 avant l’interruption de ses activités professionnelles de mars 1976 à novembre 1987. Il a repris ses activités professionnelles en 1988 en tant qu’enseignant chercheur à l’Institut de recherches en sciences humaines (IRSH) puis enseignant à la Faculté de droit et des Sciences économiques de Niamey et la retraite professionnelle en 1997.

Quant aux activités politiques, l’ancien Premier ministre a confié que Sanoussi a été membre fondateur du parti de la Convention démocratique et sociale (CDS-Rahama) ; il démissionne en1996 et fonde le Parti Nigérien pour l’Autogestion. Il fut membre du Haut Conseil de la République (1991-1993), député à l’Assemblée nationale du Niger, 1ervice-président de l’Assemblée nationale, ministre d’Etat chargé de la Coopération, Conseiller spécial avec rang de ministre du Président de la République du Niger d’avril 2011 à avril 2021 et Conseiller spécial transversal du Président de la République du Niger de mai 2021 jusqu’à sa mort. « Tes dernières volontés étaient que les Nigériens cultivent à tout prix le pardon, l’unité nationale et la paix. Il en sera ainsi, mon cher Sanoussi par la grâce de Dieu », a lancé l’orateur.

A propos des publications, Dr Alghabid a aussi cité entre autres écrits : Intégration économiques et sédentarisation des populations nomades : cas du Niger, Affaires constitutionnelles et organisation des pouvoirs publics au Niger : 1945-2010, Démocratie sinusoïdale et partis politiques au Niger de 1945 à nos jours, Résistances, révoltes et rébellions et l’Assainissement en question au Niger de 1960 à nos jours. Né vers 1940 à Kornaka (Maradi), Sanoussi est époux de Françoise. Il est père de cinq filles : Rakiatou Christelle, Hadiza, Maimouna, Safiatou et Nafi. Il eut  22 petits fils et petites  filles et sept arrières petits fils. Il a été aussi fondateur du journal ‘’La Roue de l’histoire’’, le journal ‘’L’arbre à Palabres’’, fondateur et directeur de publication du journal « Le sens de l’histoire ».

La cérémonie a pris fin avec une fatia lue par le président de l’Association Islamique du Niger. C’est ainsi que le Président de la République s’est recueilli devant la dépouille en compagnie d’autres personnalités avant de présenter ses condoléances aux familles et proches du défunt. Le défunt a été enterré, hier, dans sa ville natale de Kornaka.

Par Mamane Abdoulaye(onep)