Maradi / formation de Haute Autorité de Protection des Données à  caractère Personnel : Les FDS et les magistrats à l’école de la protection des données à caractère personnel

Société

La Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (HAPDP) a organisé le 12 Août 2022 à Maradi, un atelier de formation sur le renforcement des capacités  des acteurs en matière de collecte et de traitement des données à caractère personnel à l’intention  des Magistrats et des forces de Défense et de Sécurité de la région. La cérémonie a été présidée par Mme Sanady Tchimaden Hadatan, présidente de ladite institution.

Au cours de cette formation, des modules allant de la présentation du cadre juridique et institutionnel de la protection des données en passant par les droits protégés, les obligations des assujettis, les sanctions et les procédés de contrôle ainsi que l’hygiène numérique, seront présentés. L’occasion sera aussi mise à profit pour présenter le système MIDAS qui est un système automatisé de gestion des données des voyageurs, déployé le long de la frontière avec le Nigéria.

En ouvrant les travaux de cette session de formation, la présidente  de la HAPDP, Mme Sanady Tchimaden Hadatan a indiqué que cette activité est une suite logique des ateliers de formation et de sensibilisation des acteurs initiés par son institution depuis son installation en 2020. « La HAPDP étant une jeune institution, il s’impose à nous la nécessité de vulgariser la loi sur la protection des données personnelles au niveau central, mais aussi au niveau déconcentré pour faire connaitre notre institution et partager avec vous les enjeux de la protection des données personnelles dans un monde de plus en plus numérisé » a-t-elle expliqué.

Dans ce cadre, elle a rappelé que son institution a organisé un séminaire gouvernemental, une journée parlementaire, plusieurs ateliers de formation et de sensibilisation à l’intention des responsables de traitement et des personnes concernées. Pour elle, la présente tournée dans les régions de Diffa, Zinder,  Maradi et Tahoua s’inscrit dans ce registre parce que, la protection des données personnelles doit être assurée à tous les niveaux. La présidente, Mme Sanady Tchimaden Hadatan, a rappelé que son institution est chargée de veiller à ce que le traitement et l’usage des données à caractère personnel ne porte pas atteinte  aux libertés publiques ou ne comportent pas de menace à la vie privée des citoyens dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. La HAPDP s’est dotée d’un plan stratégique élaboré sur cinq années à venir afin de faire de la protection des données personnelles, une réalité et un outil de bonne gouvernance. Selon elle, les données personnelles sont pour  la révolution numérique ce que le pétrole a été dans le domaine de l’énergie au début du XXème siècle. « Cette  révolution numérique s’invite dans notre intimité, dans nos relations quotidiennes, façonne notre mode de vie, sans même que nous nous en rendions compte et fragilise notre vie privée » a-t-elle reconnu. C’est pour ces raisons, estime-t-elle que les données personnelles font l’objet d’une grande attention de la part des pouvoirs à travers le monde.

Pour sa part, le Gouverneur de la Région de Maradi, M. Chaibou Aboubacar a souligné que notre pays est attaché à la protection et à la promotion des droits humains  conformément  au préambule de notre Loi fondamentale qu’est la Constitution. De ce fait,  l’Etat a le devoir de veiller au respect et à la protection de ces droits. « La protection des données personnelles en est une partie intégrante et la HAPDP est le dispositif qui permet à l’Etat de remplir ses obligations ci-dessus évoqués » a-t-il dit. Le gouverneur de Maradi a soutenu que cela se justifie aujourd’hui, plus que jamais, la confiance dans le numérique et dans l’usage  de l’information est primordial, tant le

secteur est devenu incontournable.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi