Mise en place de trois comités chargés d’améliorer le fonctionnement des organes de presse : Amélioration du fonctionnement des médias au Niger

Société

Le ministre de la Communication chargé des Relations avec les Institutions, M. Mahamane Lawaly Dan Dano, a procédé hier après-midi, à la mise en place de trois (3) comités ah-doc chargés de mener des réflexions en vue d’améliorer le fonctionnement des structures de presse. Cela afin d’en faire de véritable entreprises de presse. C’est ainsi que, le premier comité est chargé de réfléchir sur la réorientation de la mission assignée à la chaine Tal-Tv. Le second comité quant à lui doit mener des réflexions sur les conditions de viabilité de l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC). Enfin, le troisième est chargé de réfléchir sur la contribution des radios communautaires à la mise en œuvre des différentes politiques nationales de développement. Ces différents comités, faut-il le noter, ont un mois maximum pour mener les réflexions et déposer un rapport provisoire au ministre de tutelle.

Concernant le 1er comité, le ministre de la Communication chargé des Relations avec les Institutions a souligné que, “c’est la base” car une bonne partie de ceux qui travaillent dans les structures de presse viennent de l’IFTIC. «J’ai fait l’IFTIC, je connais l’IFTIC et je l’ai dit, l’IFTIC ne répond plus aux besoins, il va falloir refonder cette école», a déclaré M. Mahamane Lawaly Dan Dano. A cet effet, il a émis quelques idées pouvant contribuer à l’amélioration du produit de cet institut. En effet, estime le ministre, le niveau moyen de l’IFTIC n’est plus utile car a-t-il-expliqué, avec le BEPC d’aujourd’hui, on ne peut pas former un journaliste.

M. Mahamane Lawaly Dan Dano a également évoqué le volet formation. Pour le ministre, on ne peut pas être titulaire d’une licence et enseigner en licence, ce n’est pas normal. Aussi, «Il faut réfléchir sur des formations vraiment pointues si on veut former quelqu’un à la presse écrite, il faut que ce soit essentiellement presse écrite», a ajouté le ministre de la Communication.

Soulignant que le monde a évolué, il a insisté sur la nécessité de voir comment améliorer la formation à l’IFTIC. A cet égard, il a exhorté le comité chargé de mener les réflexions à s’activer très rapidement afin qu’avant la fin de ce mois, qu’il puisse avoir un document.

Pour ce qui est du deuxième comité, le ministre a fait savoir qu’il a échangé avec le directeur de la Radio Télévision du Niger (RTN) par rapport au fonctionnement de la télévision. «De mon point de vue, aujourd’hui personne ne regarde Tal-tv. Télé Sahel a avalé Tal-tv, elle n’a pas laissé Tal grandir » a soutenu le ministre. C’est pourquoi, il faut réfléchir pour moderniser ce coté en créant une télévision qui va s’occuper du développement, du monde rural, de l’élevage, de l’agriculture, une télévision qui sera appelée “Développement”.

Enfin, relativement aux radios communautaires, le ministre de la Communication a affirmé qu’elles sont d’une importance capitale pour le pays. En effet, a-t-il estimé, ce sont des instruments qu’on peut utiliser pour vulgariser, informer et sensibiliser surtout les populations du monde rural. «Il est donc important de revoir l’ancrage de ces radios communautaires parce qu’il y a beaucoup de difficultés au niveau de leur fonctionnement mais également dans leur prise en charge», a souligné M. Mahamane Lawaly Dan Dano.

«Ces trois comités ont été mis en place pour mener des réflexions pouvant contribuer à l’amélioration de l’IFTIC, de la télévision nationale, mais aussi des radios communautaire dans leur fonctionnement et les rendre plus viables. «D’après les renseignements que j’ai reçus, nous avons à peu prés 202 radios communautaires mais je ne pense pas qu’on ait 50% qui fonctionnent. Et même celles qui fonctionnent n’ont pas de programmes adaptés. Il faut revoir l’ancrage de ces radios pour les rendre plus viables», a ajouté le ministre avant d’exhorter les membres des trois comités à réfléchir et à donner le meilleur d’eux pour que la vie des structures de presse soit améliorée.

Rahila Tagou(onep)