Place de la femme en Islam : La méconnaissance des textes et ses conséquences

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La femme peut être définie, en général, comme actrice de premier rang du développement économique, social et humain. L’islam lui reconnait pleinement ce rôle important. En effet, l’une des 114 sourates du Coran dite sourate des femmes ; « An-nisa’a » est plus consacrée à la femme, de manière explicite.

L’islam a honoré et valorisé la femme et lui a accordé une place de choix dans la société islamique contrairement à la période préislamique. Aussi, dans le Coran, et dans les hadiths du Prophète (PSL), l’homme et la femme jouissent de la même dignité humaine. Ils les mêmes droits et devoirs s’il s’agit de la pratique des 5 piliers de l’islam. Par exemple, la femme et l’homme doivent prier 5 fois par jour sans aucune distinction.

Mais en dehors de ces 5 piliers de l’islam, chacun à ses droits et ses devoirs. Malheureusement, dans notre société, certaines personnes pensent que la femme n’a aucune place, aucune importance dans la

religion islamique.

Selon un leader religieux, cheik Mahamane Bachir Président de l’Alliance de l’Afrique de l’Ouest,

« c’est la méconnaissance qui pousse les gens à mal transmettre le message. En réalité l’islam nous conseille, nous enseigne, nous apprend cette place que doit avoir la femme. On doit reconnaitre de plus que la femme est une mère, une épouse, une sœur ou une collègue de travail », explique Cheik Mahaman Bachir.

Selon cet ouléma, l’islam exige, par ailleurs, de réserver le même traitement à l’homme et à la femme sans aucune discrimination, car la continuité de la vie humaine serait impossible sans la femme. C’est pour cette raison, a-t-il expliqué, que l’islam incite à la célébration de la naissance de la fille, à l’instar du garçon. En revanche, «  l’islam s’inscrit en faux contre la fâcheuse tendance à croire que la naissance d’une fille constitue un mauvais présage au point de la faire disparaitre , comme cela se pratiquait chez

certains peuples avant l’avènement de l’islam », a-t-il ajouté.

De plus l’islam oblige la famille et la société à dispenser l’éducation et l’instruction à la femme comme dans un hadith qui dit que « la quête du savoir est une obligation pour tout musulman ».

En somme, l’islam conçoit la femme comme le noyau de la famille, un élément déterminant et incontournable dans le développement des sociétés et l’islam a établi pour la femme une dot lui accordant le droit d’hériter de son mari du fait d’un contrat de mariage.

D’après cheik Mahamane Bachir, la femme est un être dont Allah SWT a créé à travers l’homme et ceci  se trouve dans le verset coranique dans lequel Allah SWT disait

« lorsqu’il a créé Adam il lui fait sortir son épouse de ses côtes ». Ainsi, la femme devient donc la sœur de l’homme tel que le dit le prophète (paix et salut sur lui ( « an rijalou chi qua’ou ni sa’i », en fait les hommes sont les parents de la même descendance que les femmes, alors ils sont deux, la femme et l’homme ont été créés par le seigneur ils ont la même descendance, le même créateur. Selon Cheik Bachir, il est donc important de donner à la femme la place qui  lui revient.

Par Nafissa Yahaya(onep)