Réunion ordinaire du Conseil National de Dialogue Politique au titre de l’année 2022 : Relance du dialogue pour renforcer la paix, la cohésion et la stabilité politique

Société

Après quasiment deux années de léthargie, le Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), organe de concertation de la classe politique nigérienne, a repris ses travaux avec la tenue de sa réunion ordinaire le vendredi, 9 septembre 2022, au Palais des Congrès de Niamey. Cette réunion qui comporte à son ordre du jour trois points majeurs en l’occurrence la situation sécuritaire du pays ; les élections législatives de la diaspora en vue de compléter les 171 sièges de députés à l’Assemblée nationale et divers, se caractérise par le retour de l’opposition dans ce cadre d’échange. Elle a regroupé les trois blocs traditionnels du CNDP à savoir la majorité l’opposition et les non affiliés. C’est le Premier ministre, Chef du gouvernement, M. Ouhoumoudou Mahamadou, président du CNDP qui a présidé cette rencontre, en présence du Chef de file de l’opposition, M. Tahirou Saidou, des représentants des partis politiques et les grands témoins.

Cette session ordinaire se tient dans un contexte sécuritaire marqué par des foyers de tensions sur plusieurs frontières de notre pays. En tant que cadre de dialogue politique, le CNDP contribue à l’enracinement de la démocratie et au renforcement de l’Unité nationale. Cadre permanent de prévention, de règlement des conflits politiques et de concertation entre ses membres autour de toute question d’intérêt national, le CNDP a donné la preuve de sa pertinence depuis sa création en 2004.

En ouvrant les travaux de la réunion, le Premier ministre, Chef du Gouvernement a demandé à l’assistance de prononcer une fathia à la mémoire des soldats tombés sur le champ de bataille et des leaders politiques rappelés récemment à Dieu. La consolidation des institutions démocratiques et républicaines, a dit le Premier ministre, est une  des grandes priorités du Président de la République, Chef de l’Etat S.E Mohamed Bazoum. Il l’a exprimé dans le programme de Renaissance acte III dans l’un de ses objectifs de bonne gouvernance à savoir celui ‘’d’améliorer le cadre de dialogue politique et ses mécanismes de fonctionnement, en vue d’une meilleure performance et d’instaurer un dialogue inclusif et dynamique sur le renforcement du système électoral, conformément à l’évolution des attentes des citoyens’’, a rappelé le président du CNDP.

Le Chef du gouvernement devait souligner que dans le souci d’assurer une bonne gouvernance et consolidation des institutions démocratiques et républicaines, le gouvernement s’est engagé à créer un climat serein dans les rapports entre la société civile et le pouvoir grâce au dialogue, d’améliorer l’efficacité du cadre de dialogue politique et l’effectivité de la mise en application des dispositions de la charte des partis politiques. C’est dire que le CNDP doit veiller à ce qu’une concertation s’instaure entre ses membres, notamment autour des questions relatives à la Constitution ; la charte des partis politiques ; le code électoral ; le processus électoral ; le code d’éthique politique et les droits de l’opposition.

Revenant sur les deux premiers points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion, le Premier ministre a précisé que, le Niger comme certains pays de la sous-région, est confronté à une situation d’insécurité depuis 2013, avec l’apparition de Boko Haram à l’Est du pays et des groupes terroristes à l’Ouest, dans la zone des trois frontières.

Par rapport aux élections de la diaspora, le président du CNDP a rappelé qu’elles n’ont pas pu se tenir à l’occasion du processus électoral 2020-2021 en raison de la pandémie de COVID-19. Là aussi, le président de la CENI a été invité à cette rencontre pour donner toutes les informations nécessaires aux représentants des partis politiques en ce qui concerne l’évolution du processus devant aboutir à l’organisation des élections des Nigériens de la diaspora. Il a, à cet effet annoncé que, le recensement biométrique des élections législatives de la diaspora débutera le 15 octobre prochain.

En divers, la réunion du CNDP a examiné, entre autres, la question de l’opportunité de la révision des textes fondamentaux de cet organe notamment le décret du 10 septembre 2019 modifiant et complétant le décret du 30 janvier 2004 portant création du CNDP, qui avait été adopté à un moment où l’opposition boycottait les réunions de cette instance.

Un message plein d’espoir quant à la continuité du dialogue politique

Peu après l’ouverture des travaux de cette réunion, l’opposition politique nigérienne a rendu public un message dans lequel, elle s’est réjouie de voir la classe politique réunie. Dans ce message, le Secrétaire général du MODEN FA Lumana, principal parti de l’opposition, M. Maman Sani Maman a déclaré que l’Opposition aurait aimé que cela se soit fait un peu plus tôt. Il devait par la suite souligner que l’opposition politique avait souhaité la reprise de ce cadre d’échange et de dialogue  lors de la pandémie du COVID-19 ; de l’effort de mobilisation citoyenne pour barrer la route à l’insécurité rampante depuis 2016 et, tout récemment, avec la décision du gouvernement d’augmenter le prix du gasoil.

Cependant, a-t-il dit, l’opposition reçoit positivement l’initiative du président du CNDP de relancer le dialogue politique national dans l’espoir de débattre des questions qui impactent et impacteront le vivre ensemble. M. Maman Sani Maman a toutefois attiré l’attention des uns et des autres, sur le fait qu’il n’y a pas de dialogue sans respect de l’autre.

Après avoir longuement discuté sur tous les points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion, les partis politiques membres du CNDP ont rendu publique une déclaration sur la sécurité. Dans cette déclaration, ils apportent leur soutien indéfectible aux Forces de Défense et de sécurité dans leur mission de sécurisation du territoire ; encouragent le gouvernement à mobiliser davantage de ressources afin de doter les FDS des moyens conséquents pour lutter contre l’insécurité et enfin appellent l’ensemble de leurs militants et au-delà tous les Nigériens pour une mobilisation générale relativement à la question sécuritaire.

Tirant la synthèse de cette réunion, le Premier ministre, président du CNDP a félicité le leader de l’Opposition pour avoir réussi à convaincre l’ensemble de ses collègues à participer à cette réunion. Il a aussi souhaité que cette volonté de dialogue que, le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Mohamed Bazoum a annoncé, puisse se traduire par un progrès important pour notre pays dans le développement économique et social. Il faut par ailleurs noter qu’un comité chargé de la révision des textes organiques du CNDP notamment le décret de création de cet organe et le règlement intérieur de celui-ci, a été mis en place. Ce comité présentera son travail lors de la prochaine réunion du CNDP.

 Hassane Daouda(onep)