Interview du secrétaire général de la fédération nigérienne de scrabble M. Mansour Adamou : « Nous avons huit (8) ligues régionales en pleine vitalité et une centaine de clubs fonctionnels »

Société

M. Mansour Adamou, vous êtes SG de la fédération Nigérienne de scrabble, quand est-ce que la FENISCRABBLE a été créée et quelles ont été les motivations qui ont poussé à sa création ?

La FENISCRABBLE a été créée par arrêté N° 218 /MI/DAPJ du 05 novembre 1993 et les motivations qui ont poussé à sa création se résument à la volonté des premiers animateurs de cette structure de conformer le Niger dans le concert des Nations et institutionnaliser la pratique de ce jeu, mondialement reconnu comme un sport, mais du sport cérébral.

Comment cette fédération est-elle organisée ?

Structurellement parlant, nous avons des statuts et un règlement intérieur sur lesquels repose la fédération. Et administrativement, nous avons un bureau national de 11 membres dirigé par le président Mamane Ousmane alias DOUL.

Est-ce qu’il y’ades ligues régionales ou des clubs à l’intérieur du pays ?

Nous avons huit (8) ligues régionales en pleine vitalité et une centaine de clubs fonctionnels. Nous envisageons de mettre en place les districts au niveau des chefs lieux des départements.

Organisez-vous régulièrement un championnat national ?

Nous avons organisé notre premier véritable championnat national en 2015 avant de retomber dans la première léthargie qu’a connu la fédération et par la grâce de Dieu et la volonté des hommes, particulièrement celle du nouveau président Ousmane, nous avons pu organiser le deuxième championnat en 2019. Cependant, il a fallu 2021 pour organiser le troisième championnat et on projette d’organiser le quatrième championnat national de scrabble le 13 septembre prochain.

Quelles sont les autres types de compétitions que vous organisez ?

En tant que fédération, nous n’avons pas encore organisé directement des compétitions outre le championnat, mais des ligues organisent des tournois régionaux et même inter-régionaux.

Est-ce que votre fédération est affiliée à d’autres fédérations internationales ?

Au niveau continental, le FENISCRABBLE est affilié à la Confédération Africaine de Scrabble Francophone CASF et au plan mondial, nous sommes affiliés à la Fédération Internationale de Scrabble Francophone FISF.

Quelles sont les compétitions auxquelles vous avez déjà participé ?

Avant la renaissance de la FENISCRABBLE, feu Abdou Djibo (paix à son âme) participait dans ses frais aux championnats du monde de scrabble, mais depuis la renaissance, nous avons pris part d’abord au FISFAO (festival international de scrabble francophone de l’Afrique de l’Ouest) à Abidjan en 2015, puis aux différents championnats Africains de scrabble (CHAMPAS). Il faut tout de même reconnaitre qu’après la renaissance, on n’est jamais allé au championnat du monde en tant que structure, mais on a quelques compatriotes comme Rissa Katté, président de la ligue d’Agadez et vice-président national qui a été à l’un des CDM.

Quels sont les moyens dont dispose la fédération ?

La FENISCRABBLE n’a rien comme moyen. On organise toujours nos championnats sur la base des TDRs que nous soumettons aux autorités notamment le ministère de la jeunesse et des sports  et celui en charge de la culture qui nous accompagnent lors de cet événement ou pour représenter le Niger aux compétitions internationales. En plus de ces deux principaux partenaires, nous tendons parfois la main à la primature, à des sponsors comme la SONIBANK, la BAGRI, SATU SA et d’autres personnalités pour leur penchant pour la discipline ou simplement pour leur patriotisme. Je vous dis que certaines dépenses relatives au fonctionnement sont prises en charge par le président de la fédération dans sa poche.

Est-ce que la fédération bénéficie de la subvention de l’Etat ?

En dehors de ce que j’ai énuméré plus haut, on ne bénéficie pas d’une autre subvention.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans le cadre du fonctionnement de cette fédération ?

Elles sont nombreuses et multiformes, mais ont un même dénominateur commun que sont les moyens financiers. Figurez-vous que nous sommes l’une des rares fédérations sportives à ne pas disposer de siège malgré notre titre encore en vigueur de champion d’Afrique ! Nous voudrons mettre en place les districts, mais nous sommes limités, nous voudrons organiser des compétitions en dehors du championnat national, mais on n’y arrive pas, nous voudrons préparer la relève, mais on n’a pas l’accompagnement nécessaire, nous souhaiterons prendre part à tous les CDM (championnats du monde de scrabble). 

Par  Rahila Tagou(onep)